Economie

Wall Street : la Bourse de New York en chute libre

Wall Street n’avait pas connu une dégringolade de cette ampleur depuis 2011.

La bourse de New York connaît une chute de près de 10% après avoir atteint le sommet de son histoire en janvier. Cette baisse importante s’explique en partie par l’augmentation des taux d’emprunt outre-Atlantique.

Un vent de panique à Wall Street

Ce jeudi, les principaux titres côtés à Wall Street ont connu une chute libre de plus de 10%. Ainsi, le Dow Jones, qui rassemble les 30 sociétés les plus importantes de la bourse de New York, a chuté de 4,15%, perdant ainsi plus de 1032 points. La baisse depuis les sommets de janvier est donc de 10,35% !

Le S&P qui regroupe quant à lui les 500 plus grosses sociétés américains, a baissé de 3,75%, soit une diminution de 10,16% par rapport à fin janvier. Enfin, le Nasdaq, connu pour contenir de nombreuses entreprises technologiques, a décroché de 3,9%. Selon Adam Sarhan, un investisseur à Wall Street, “Les vendeurs ont clairement pris les manettes, toute l’ébullition qu’on a vu en janvier est désormais effacée. Le marché cherche une direction. Et tant que rien ne change, la tendance est à la baisse.

La cause est à chercher du côté des taux d’emprunt

Cette baisse importante est due à l’augmentation importante des taux d’emprunts aux Etats-Unis au début du mois de février. Celle-ci a ainsi mis fin à plusieurs mois particulièrement fastes. Il semble en effet que les investisseurs soient redevenus frileux face à la montée des taux de la banque centrale, qui rime avec le retour de l’inflation. Les taux d’emprunts ont en effet atteint plus de 2,8% la semaine dernière, et la conséquence s’est très vite fait sentir sur les marchés, qui ont connu leur première baisse de cette ampleur depuis 2011.

Et selon plusieurs experts boursiers, comme Art Hogan, qui travaille pour l’entreprise Wunderlich Securities, cette forte volatilité des marchés n’est pas prête de s’arrêter. En effet, selon lui, “Le marché des actions va continuer à évoluer comme cela (en dents de scie) sans que l’on sache quand cela va s’arrêter“.

Wall Street a les yeux rivés sur Washington, qui doit voter mercredi prochain les budgets 2018 et 2019. En effet, la perspective d’une augmentation des dépenses étatiques a eu un effet direct sur le cours des bons du trésor américain, avec un effet indirect sur les taux d’emprunts.

 

Publié le lundi 12 février 2018 à 11:42, modifications lundi 12 février 2018 à 10:28

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !