Economie

Virés de Castorama et Brico Dépot, des salariés doivent former leurs remplaçants polonais

Les futurs ex-salariés des deux enseignes de bricolage Castorama et Brico Dépôt dénoncent un cynisme extrême;

C’est une annonce qui a beaucoup de mal à passer. L’entreprise KingFisher qui possède notamment les enseignes Castorama et Brico Dépôt va délocaliser massivement en Pologne. Mais, les salariés français avant d’être licenciés devront former leurs remplaçants.

450 emplois administratifs

La confirmation est tombée ce mercredi. 450 emplois administratifs quittent l’Hexagone à destination de Cracovie en Pologne. Mais, l’information avait déjà été annoncée dès novembre dernier. L’entreprise expliquait alors qu’elle souhaitait regrouper les services comptables et gestion en un seul et même lieu.

C’est surtout la méthode qui pose problème aux salariés. Alors que seulement 50 postes vont voir le jour  sur des métiers techniques, les futurs licenciés auront une dernière tâche avant de partir : former les employés polonais qui vont les remplacer.

On prévoit que les salariés polonais viennent suivre des stages en France pour savoir et s’adapter à la comptabilité française, donc ils seraient formés par ceux qui sont licenciés et qui perdent leur emploi par rapport à cette délocalisation.

pointe Jean-Paul Gathier, délégué Force Ouvrière à nos collègues de France Info. Selon lui, c’est “le capitalisme poussé à son cynisme extrême”. Il ajoute enfin, le petit détail communiqué par l’entreprise :

On leur a dit qu’on comptait sur elles et sur eux pour être professionnels jusqu’au bout

Les salariés semblent refuser d’emblée cette proposition. Ils auraient tout de suite exprimé un rejet massif. Sur le réseau social Twitter, de nombreux messages de soutien s’affichent déjà.

 

Publié le jeudi 1 mars 2018 à 13:20, modifications jeudi 1 mars 2018 à 14:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !