Economie

Spotify, le géant du streaming, fait son entrée à la bourse de New York

La plateforme suédoise Spotify fait son entrée à la Bourse de New York avec pour objectif de réduire sa perte opérationnelle.

Ce mardi 3 avril, Spotify, le géant suédois d’écoute de musique en ligne fait son entrée à la bourse de New York.

Pourtant, cette opération boursière qui promet d’être la plus important depuis l’introduction de Snapchat, se fera au moment où les valeurs technologiques connaissent une période de baisses sur les marchés. En entrant à Wall Street, Spotify rejoint d’autres « licornes » telles que Snap, la maison mère de Snapchat. Ou encore la plateforme de stockage en ligne Dropbox. Pour rappel, une « licorne » est le surnom donné aux sociétés technologiques non cotées valorisées au-delà du milliard de dollars.

Cela ne change pas qui nous sommes

Vieille d’à peine douze ans, la plateforme Spotify est considérée aujourd’hui par les spécialistes comme l’unique groupe européen de médias à rayonnement mondial. En effet, la plateforme suédoise est la start-up numéro un dans le domaine du streaming musical. Elle compte pas moins de 71 millions d’abonnés payants et 4,8 milliards de dollars de revenus. Et encore plus d’utilisateurs gratuits dont l’utilisation est compensée par la pub, pour un total de 159 millions d’utilisateurs actifs. Aujourd’hui, le paysage du streaming musical se partage entre les géants du web Amazon Music, Google Play et Apple Music. Face aux start-ups spécialisées telles que Spotify et Deezer. Mais aussi les plus audiophiles Tidal et Qobuz.

Pourtant, le groupe qui a révolutionné ce marché et qui assure avoir reversé 8 milliards d’euros aux artistes le 31 décembre dernier, n’est toujours pas bénéficiaire. En effet, malgré un bond de 38% de ses revenus en 2017 par rapport à 2016, l’entreprise a accusé 1,24 milliard d’euros de pertes en 2017. Ainsi, son entrée en Bourse, ce mardi à Wall Street, doit lui permettre d’augmenter son capital. Néanmoins, pour son fondateur, Daniel Ek, l’entrée en bourse n’est qu’une étape. Il clame qu’il « ne saurait être le jour le plus important de l’histoire de Spotify », a-t-il écrit lundi dans un message aux salariés publié sur le site du groupe.

Spotify ne lève pas de capitaux et nos actionnaires comme nos salariés peuvent acheter ou vendre nos actions depuis des années. Donc même si demain nous offre plus de visibilité, cela ne change pas qui nous sommes. Ce que nous faisons et la façon dont nous fonctionnons.

A-t-il ajouté dans une prise de parole inattendue. En effet, les entreprises sont habituellement priées de rester silencieuses à l’approche de leur introduction en bourse.

Atteindre les 92 millions d’abonnés

Ainsi, avec cette introduction en bourse, Spotify prévoit un revenu en hausse de 20 à 30%. Soit entre 4,9 et 5,3 milliards d’euros en 2018. Encore jamais rentable, la société suédoise prévoit néanmoins de ramener sa perte opérationnelle entre 230 et 330 millions d’euros, contre 378 millions en 2017.

Cependant, à court terme la priorité de Daniel Ek reste le nombre de ses abonnés. Le PDG espère porter leur nombre à 92 millions au moins pour 2018. Une ambition réalisable puisque le streaming, qui continue de redessiner le paysage de l’industrie musicale, poursuit sa croissance. Par ailleurs, elle sert de locomotive aux ventes de musique. De l’avis de tous, le succès de Spotify y étant pour beaucoup.

 

Publié le mardi 3 avril 2018 à 12:54, modifications mercredi 4 avril 2018 à 11:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !