Economie

Revenu universel : plus de 15.000 euros récoltés, le tirage au sort est ouvert !

Une campagne de financement participatif a débuté jeudi 2 novembre afin d’expérimenter le revenu universel. Les fonds nécessaires à la tenue du premier tirage au sort ont été récoltés en 24 heures, et plusieurs milliers de personnes se sont déjà inscrites via le site monrevenudebase.fr.

Durant la campagne présidentielle, le revenu universel avait fait l’objet d’âpres débats, notamment concernant son financement. Il a été proposé par le candidat socialiste Benoît Hamon. Même s’il a été éliminé dès le premier tour, l’idée n’a pas été abandonnée pour autant.

Julien Bayou a lancé une campagne de crowdfunding

La campagne de crowdfunding – «Finançons le premier revenu de base!» – a été lancée jeudi 2 novembre par le porte-parole d’Europe Ecologie Les Verts.

Cette campagne visait à récolter 12 000 euros. Une personne sera ensuite tirée au sort sans condition de sexe, âge ou de ressource. Elle se verra verser 1000 euros par mois sur son compte. L’objectif est simple: réunir le plus rapidement possible 12.000 euros afin d’expérimenter un revenu de base. Très concrètement, une personne tirée au sort va bénéficier de 1000 euros par mois pendant un an. Cela sans condition de sexe, d’âge ou de ressources. L’inscription est gratuite. «C’est ouvert aux majeurs, qu’ils soient Français ou résidents étrangers», expliquait au Figaro Julien Bayou, porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) et investigateur de ce projet.

Le site est tombé mais nous avons obtenu les 12.000 euros en une nuit

A expliqué Julien Bayou vendredi 3 novembre, à l’origine d’un projet consistant à verser un revenu de base à une personne tirée au sort

Plus de 15.000 euros sont désormais récoltés, malgré la panne temporaire du site internet monrevenudebase.fr.

La date et le lieu du tirage au sort seront fixés aujourd’hui – sera réalisé grâce à un outil numérique qui «piochera» parmi les inscrits. L’heureux élu devra ensuite montrer sa carte d’identité et le versement, qui ne devrait à priori pas être imposable selon Julien Bayou, se fera en douze fois. Seule «contrainte» pour le gagnant: tenir un petit carnet de bord où il devra raconter mensuellement son expérience de vainqueur.

l’initiative allemande qui a inspiré le projet

Outre-Rhin, un fondateur de start-up a en effet sélectionné 85 personnes au hasard. Ils ont touché 1000 euros par mois pendant un an. Très populaire sur les réseaux sociaux, cette initiative privée alimente encore aujourd’hui le débat sur l’opportunité de créer un revenu universel en Allemagne.

Les heureux gagnants ont ensuite touché 1000 euros par mois pendant un an, grâce aux dons de 55.000 particuliers recueillis par la structure privée berlinoise «Mein Grundeinkommen».

Qu’ont-ils donc fait de cet argent? Certains ont pu s’offrir des vacances inabordables auparavant. Beaucoup se sont formés pour changer de travail et devenir «coach mental» ou éducateur.

Les experts avaient cependant beaucoup critiqué cette expérience. Elle est «mal conçue» pour répondre aux questions de fond, estime Alexander Spermann, économiste à l’université de Fribourg, interrogé par l’AFP.

Des expérimentations pionnières en Gironde

En avril 2017, le conseil général de la Gironde avait présenté un projet d’expérimentation du revenu universel sur son territoire. Ceci bien avant que cette question ne soit mise sur les devants de la scène par Benoit Hamon lors des dernières présidentielles. Élaboré depuis plusieurs mois en coopération avec la Fondation Jean Jaurès et l’Institut de Politiques Publiques, le projet visait à évaluer les comportements sociaux lorsqu’un revenu de base était distribué.

A ces fins, le Conseil Général s’était entouré de chercheurs spécialistes du sujet. Il avait également souhaité s’adresser «aux citoyens et aux associations» pour définir les paramètres du revenu à tester. Il a ensuite créé des groupes de travail pour définir comment mieux «replacer l’homme au cœur des politiques sociales». Des entrepreneurs, agriculteurs mais également des acteurs de l’économie sociale et solidaire, et même des jeunes en service civique ont donné leur avis et participé à l’élaboration du projet.

Outre la Gironde, le département du Gers se dit également intéressé par l’ititiative. D’autant que, comme le rappelle Julien Bayou, “la mise en place du RMI sous Rocard a commencé par une expérimentation locale”.

Une utopie selon l’OFCE

Le revenu universel coûterait environ 480 milliards d’euros par an. Ce montant est jugé «irréaliste en pratique», estime l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)

Le risque est grand alors que le financement du revenu de base ne s’effectue au détriment d’autres dépenses publiques ou sociales. L’Observatoire estime préférable, pour lutter contre la pauvreté, «d’une part d’alléger fortement les conditions d’obtention du RSA, d’autre part de mettre en œuvre concrètement le droit de chacun à avoir un emploi, à court terme par une politique de relance économique». Il s’inquiète également que le coût du financement n’accroisse l’endettement de la France. Quant à financer via l’impôt, cela ne ferait qu’éveiller encore plus la colère des contribuables. D’autant qu’il faudrait pour cela que la France l’accompagne d’une réforme fiscale, qui ne cesse d’être repoussée, depuis des années.

Le FMI tire également la sonette d’alarme

Comme l’OFCE, le FMI envisage une solution qui serait de fusionner l’ensemble des allocations pour les remplacer par ce revenu de base. Mais dans le cas de la France (et du Royaume-Uni), le fonds juge qu’il s’agit d’une mauvaise idée. Une telle initiative “rendrait le système moins progressif et engendrerait des pertes chez beaucoup de ménages pauvres, pouvant même amener à augmenter la pauvreté”. Ainsi, plutôt que d’introduire un revenu universel, le FMI estime comme l’OFCE qu’il vaut mieux “réformer et renforcer le système actuel pour améliorer sa couverture et son ciblage”.

 

Publié le lundi 6 novembre 2017 à 16:05, modifications lundi 6 novembre 2017 à 15:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !