Economie

Loto du patrimoine : Et maintenant un jeu à gratter de la Française des Jeux pour sauver le patrimoine français

Des tickets à gratter et un Super Loto du patrimoine dont les bénéfices financeront la restauration des monuments en péril vont voir le jour en septembre.

Le loto du patrimoine, lancé par Stéphane Bern à la tête de la mission pour le patrimoine en péril, a désormais ses tickets. En effet, jeudi 31 mai, Emmanuel Macron a lancé officiellement les tickets à gratter.

Ainsi, fabriqués dans un site ultrasécurisé à Détroit aux États-Unis, les 12 millions de tickets à gratter seront mis en vente le 3 septembre prochain dans un peu plus de 30.800 points de vente à travers la France.

Soutenir la grande cause du patrimoine en tentant le jackpot.

C’est ce que propose la PDG de la Française des Jeux (FDJ), Stéphane Pallez, à quelques mois du lancement de deux jeux inédits. En septembre, l’entreprise publique mettra en vente un jeu à gratter et les tickets d’un Super Loto. Ainsi, les bénéfices, la part revenant habituellement à l’État, contribueront à aider la restauration de monuments en péril. Soit 1,52 euros pour chaque ticket. Cette opération devrait permettre de récolter 15 à 20 millions d’euros, selon les estimations de la FDJ.

Un jeu à gratter cher mais prometteur

Vendus au prix de quinze euros, ce seront, comme le souligne Le Parisien, les tickets les plus chers de l’histoire du loto français. Toutefois, leurs acquéreurs pourront espérer empocher jusqu’à 1,5 million d’euros. Pour cela il faudra gratter les 4 des 18 monuments sélectionnés, figurant sur chaque ticket. Parmi les 12 millions de tickets se cachent 6 gros lots à 1,5 million d’euros, 8 à 150.000 euros. Ainsi qu’une multitude de lots inférieurs. Au final, chaque acheteur a environ une 1 chance sur 3 d’empocher un gain d’au moins 15 euros. Par ailleurs, un loto exceptionnel sera organisé le vendredi 14 septembre, à l’occasion du week-end des Journées du Patrimoine, avec un gain de 13 millions d’euros.

Imprimés dans une usine ultra sécurisée

En outre, le ticket à gratter aura également un format original. En effet, d’une largeur de 15,2cm et d’une hauteur de 20,3cm le ticket est pratiquement au format A5. Or, pour imprimer ces tickets, près de 600 km de papiers ont été nécessaires et une vingtaine de couches.

C’est Pollard Banknote une usine de Détroit aux Etats-Unis qui a obtenu le marché. En effet, alors qu’aucune société en Europe ne détient ce savoir faire, toutes les loteries du monde impriment désormais outre-Atlantique. Là-bas, trois entreprises se partagent ce juteux marché.

Des couches sécuritaires rendent le ticket infalsifiable et impossible à reproduire. La partie la plus importante de l’impression est tenue secrète : la pose des données variables. Codées et chiffrées, elles déterminent si le ticket est gagnant ou pas. Bref, tout est fait pour empêcher la fraude. Les précieux tickets traverseront l’Atlantique par bateau avant d’arriver en France trois semaines plus tard, pour être finalement stockés dans le plus grand secret.

Publié le vendredi 1 juin 2018 à 8:32, modifications vendredi 1 juin 2018 à 10:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !