Economie

Les libraires français dénoncent « la machine de guerre » Amazon

A l’occasion du Salon Livre Paris, le Syndicat de la librairie française a mis en garde contre l’hégémonie du groupe américain Amazon qualifié « d’inexorable machine de guerre ».

Alors que le Salon Livre Paris se terminait lundi 19 mars, le Syndicat de la librairie française (SLF) a lancé un cri d’alarme contre l’hégémonie du groupe Amazon.

Selon les libraires, le géant américain est une « inexorable machine de guerre » qui « étrangle la concurrence, dégrade le travail et menace nos centres villes ». A noter que le SLF regroupe plus de 600 librairies de toutes tailles, généralistes ou spécialisées, implantées sur l’ensemble du territoire.

Un rapport américain diffusé

Ainsi, le SLF dénonce « la concurrence déloyale d’Amazon ». Pour ce faire, il a traduit et mis en ligne sur son site un rapport de l’institut américain de recherche ILSR. Celui-ci a été publié aux États-Unis en novembre 2016 et il décrypte la stratégie du géant américain. Bien que le rapport concerne les Etats-Unis, il dépeint toutefois le fonctionnement d’Amazon dans tous les pays où il est implanté. Donc, ici, c’est toute la stratégie d’Amazon que l’enquête retrace. Soulignant les multiples incidences économiques, sociales, sociétales et culturelles du groupe américain.

Notre modèle de société en tant que tel, notre relation au travail, nos libertés individuelles, notre capacité à vivre ensemble sont menacées par la stratégie tentaculaire d’Amazon.

A estimé le syndicat en citant le rapport de l’ILSR.

Ce rapport de 80 pages, divisé en quatre parties, dénonce notamment « la stratégie de monopole d’Amazon ». Par ailleurs, il estime qu’il s’agit d’une « expansion à marche forcée au détriment des emplois et des salaires ». Ainsi, en quatre points ciblés, l’étude revient sur le comportement d’Amazon adopté depuis la création de l’entreprise. A l’origine, celle-ci se contentait de vendre des livres sur internet. Or, aujourd’hui on peut acheter jusqu’à des couches-culottes. L’économie souffre donc, dans son ensemble, de ce que la market-place soit devenue un point d’entrée sur une multitude de territoires. Et ce, pour des milliers d’entreprises.

Asphyxie des commerces indépendants

En outre, le document juge :

Amazon vide les centres villes de leur substance.

En effet, les pratiques commerciales agressives du géant du commerce concourent selon le SLF à l’asphyxie des commerces indépendants des centres villes. Les librairies françaises jouant un rôle crucial dans l’animation des centres-villes et des zones semi-rurales. En termes de travail et d’emploi, l’enquête ne lésine pas. Effectivement, Amazon aurait ainsi détruit 150.000 emplois de plus que l’entreprise n’en aurait créé. En outre les conditions mêmes de travail sont passées au crible. Et de pointer : pénibilité, surveillance, ubérisation, robotisation. Sur ce dernier point, l’article dénonce qu’un robot tuerait 6 emplois directs. Or, Amazon dispose d’une armée de 50.000 machines, déjà.

Publié le mercredi 21 mars 2018 à 14:12, modifications mercredi 21 mars 2018 à 11:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct