Economie

Croissance du PIB : La Banque de France relève sa prévision à 1,9%

La Banque de France a relevé sa prévision de croissance à 1,9% pour cette 2018. Toutefois, elle a abaissé son estimation pour 2019.

La Banque de France a annoncé ce jeudi 15 mars qu’elle avait revue sa prévision de hausse de la croissance du PIB pour 2018 à 1,9%. Dans le même temps elle a abaissé celle de 2019 à 1,7% (-0,1). Alors que le gouvernement table sur une croissance de 1,7% par an au cours de la période 2018-2020, cette révision à la hausse « traduit un élan passé très fort », explique la Banque de France dans un communiqué.

Une croissance du PIB plus robuste qu’attendu

Pour rappel, la croissance est exprimée en pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB). Or, le PIB exprime l’ensemble de la richesse créée en une année dans un pays. Le taux de croissance mesure donc l’évolution de la quantité de richesses créées d’une année sur l’autre.

La croissance du PIB français serait plus robuste qu’attendue en décembre, à 1,9 % en 2018.

A expliqué l’institution en précisant que c’est 0,2 point de plus que ce qu’elle avait prévu en fin d’année dernière.

Toutefois, cette estimation reste inférieure au 2,2% publiée par l’OCDE.

Ainsi, tous les signaux de l’activité semblent être dans le vert. En effet, d’après la Banque de France, la demande intérieure devrait rester dynamique. La consommation des ménages devrait s’accélérer, notamment grâce à la « bonne tenue de l’emploi et au redressement des salaires ». En outre, l’institution fait la part belle aux mesures fiscales soutenant à partir de fin 2018 le pouvoir d’achat.

Par ailleurs, l’investissement des entreprises devrait pour sa part se modérer « graduellement ». Il devrait rester « soutenu par la vigueur de l’activité et le niveau relativement bas des taux d’intérêt ». Par ailleurs, la Banque de France dit attendre un fort rebond de la croissance des exportations. Celles-ci resteraient soutenues par le « dynamisme de la demande mondiale ». Pour finalement progresser de 6 % cette année. Toutefois, elles « ralentiraient ensuite à l’horizon 2019-2020 du fait d’un environnement extérieur moins favorable ». Une situation qui sera liée à des effets de change et une demande mondiale moins vigoureuse.

Un taux de chômage sous les 8 %

Sur le front de l’emploi, la Banque de France assure que « le taux de chômage baisserait continûment pour atteindre 7,9 % au dernier trimestre 2020 ». Soit, son plus bas niveau depuis fin 2008 ». Quant aux créations d’emplois, alors que l’INSEE a confirmé l’accélération des créations d’emplois, « elles resteraient dynamiques ». Elles devraient se maintenir sur un rythme de « l’ordre de +180.000 à +200.000 par an ».

Publié le jeudi 15 mars 2018 à 13:10, modifications jeudi 15 mars 2018 à 13:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct