Economie

Costco : les Français découvrent les courses à l’américaine

Costco, le géant américain de la distribution, qui veut développer son concept de club-entrepôt, a inauguré son premier magasin en France, à Villebon-sur-Yvette, en banlieue parisienne.

Le premier magasin en France du géant américain de la distribution en club-entrepôt, Costco Wholesale, a ouvert ses portes, jeudi 22 juin, à Villebon-sur-Yvette, dans l’Essonne.

Ce concept unique à mi-chemin entre un grossiste tel que Metro et un Lidl dans son esprit de chasse aux bonnes affaires, est une première en France.

Nous nous situons entre Metro et un hypermarché classique.

A expliqué le directeur général de Costco France, Gary Swindells, dans les colonnes du Parisien.

Pourtant Costco, numéro trois mondial de la grande distribution derrière Walmart et Amazon, a quand même dû affronter sept ans de procédures et de recours intentés par Auchan, Cora et Intermarché avant de pouvoir accueillir son premier client.

Une nouvelle forme de commerce

Car le distributeur américain est un ovni dans le paysage de la grande distribution française.

En effet, le «hangar» Costco, comme dit la firme en parlant de ses magasins, crée un effet spectaculaire car tout y est XXL.

La hauteur sous plafond, les 12 000 mètres carrés de vente, et la marchandise… On y trouve notamment du riz et des pâtes en très gros conditionnement à prix imbattable. Des chemises Hugo Boss et des jeans Levi’s vendus sur des étals sans fioriture mais au prix de 40 euros pièce. Ainsi que des bijoux absolument incroyables comme une rivière de diamants à 300.000 euros !

En fait, la dimension extra large des produits est constitutive du concept. La firme américaine a bâti son succès sur la vente en grandes quantités.

Cependant, elle propose beaucoup moins de références qu’un hypermarché (4.000 contre 100.000 environ) mais elle achète d’énormes cargaisons de chaque produit et les propose à ses clients plutôt en paquets de douze qu’à la pièce.

Néanmoins, l’offre n’est pas du bas de gamme. L’esprit Costco, c’est « la meilleure qualité au meilleur prix », revendique Gary Swindells.

Les consommateurs retrouvent donc des marques connues, du Coca-Cola (par 30 canettes), du savon noir de Briochin (par bidon de 5 litres), du Nutella (par contenant d’un kg), des Pom’potes (par lot de 72 gourdes) et des tee-shirts Pepe Jeans. Mais aussi, d’autres moins connus, venus des États-Unis ou d’ailleurs, que l’enseigne entend bien développer en France.

On voit donc chez Costco des chariots remplis de produits, qui ramenés à l’unité, sont à des prix très attractifs, dont l’achat nécessite quand même une capacité de stockage.

Carte de membre obligatoire

L’autre particularité du géant américain, c’est aussi qu’il faut au préalable, acquérir une carte de membre pour la somme de 36 € par an, pour avoir le droit d’acheter.

Cela ne semble pourtant pas être une condition rédhibitoire pour les Français. En effet, ils sont déjà 16.000 à être devenus adhérents.

Et Costco ne compte pas s’arrêter là. Le groupe a pour objectif de franchir le cap des 50.000 abonnés d’ici la fin de l’année.

D’ores et déjà, il réfléchit à l’ouverture de dix à quinze magasins d’ici dix ans. En commençant par un second en région parisienne.

Cela se fait au gré des opportunités. Il nous faut un million d’habitants dans un rayon de trente minutes pour nous implanter. Ici, on en a quatre millions. Il nous faut aussi un terrain de 50.000 m 2 et un bâtiment de 14.000 m2. Il y a aura des villes incontournables : Marseille, Lyon, Nice, Bordeaux, Toulouse et Lille.

A précisé Gary Swindells.

Publié le dimanche 25 juin 2017 à 10:11, modifications samedi 24 juin 2017 à 18:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !