Economie

Christine Lagarde : “Les prévisions de croissance mondiale sont plutôt bonnes”

Les chiffres de la croissance mondiale dans les deux prochaines années seront très positifs.

C’est dans un entretien avec Christine Lagarde, la directrice du Fonds Monétaire International, que celle-ci est revenue sur les bonnes perspectives de croissance mondiale pour les années à venir. En effet, celle-ci devrait être de 3,9% en 2018 et 2019. Elle estime également que cette croissance sera générée en particulier dans 120 pays, qui représentent les 3/4 de l’économie mondiale.

Une activité mondiale en plein “rafermissement”

Le FMI a révisé à la hausse les chiffres de la croissance mondiale pour 2018 et 2019 par rapport aux prévisions publiées en octobre dernier. Ainsi, ceux-ci ont été augmenté de 0,2 point, ce qui les porte à 3,9%, chiffre que Christine Lagarde qualifie de “plutôt bons”.
Le Fonds a mis en exergue deux raisons qui permettent d’expliquer cette hausse importante : d’abord “la dynamique générale de croissance” qui lance un cercle vertueux dans lequel s’engouffrent les économies, et d’autre part les “changements récents de politique fiscale aux Etats-Unis“, avec une baisse d’impôts pour les entreprises et les ménages.

Cette nouvelle hausse de début d’années sera bien répartie à travers le monde, mais certains pays en bénéficieront davantage. Ainsi, l’Allemagne a gagné 0,5 points de croissance prévisionnelle en 2018 et 2019, grâce à la multiplication des investissements venus d’Outre-Atlantique. La France n’a vu sa croissance augmenter que de 0,1 points pour 2018, et devrait s’établir à 1,9% cette année et l’an prochain.

Avertissement du FMI

Maurice Obstfeld, l’économiste en chef du FMI, a toutefois tenu à mettre en garde les pays du monde par rapport à ces chiffres. En effet, il s’agit selon lui de “bonnes nouvelles, mais les dirigeants politiques et les responsables de la politique économique doivent être conscients que la dynamique actuelle repose sur une conjonction de facteurs qui probablement ne sont pas amenés à durer longtemps“.

Si la crise de 2008 peut sembler loin dernière nous, la croissance actuelle reste fragile, et si on ne résout pas très vite l’explosion des inégalités à travers le monde, une récession pourrait revenir bien plus vite que prévue.

Le FMI évoque également des facteurs de risque comme “le niveau élevé des prix des actifs et la faiblesse des taux d’intérêt (à long terme)” qui pourraient provoquer “une possible correction sur les marchés financiers”, avec à terme un “affaiblissement de la croissance et de la confiance”.

 

 

Publié le jeudi 1 février 2018 à 14:46, modifications jeudi 1 février 2018 à 15:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !