Economie

Airbnb va verser 13,5 millions d’euros aux collectivités locales françaises

D’ici quelques jours, le site de location va reverser la taxe de séjour aux grandes villes françaises.

C’est un véritable petit pécule que vont se partager quelques collectivités françaises. 13,5 millions, reversés par Airbnb au nom de la taxe de séjour. L’an prochain, toutes les villes de France seront concernées.

50 villes françaises sont concernées pour 2017

C’est le résultat d’une longue lutte entre l’Etat Français et Airbnb. Depuis 3 ans, la plateforme locative américaine commence peu à peu à reverser la taxe de séjour aux communes où sont effectuées les locations. La première année, ce fut seulement Paris et Chamonix, 19 villes l’année suivante et cette année, le chiffre symbolique de 50 est atteint.

Comment se fait la répartition ? Selon Airbnb, tout se fait de façon invisible ou presque. La taxe de séjour est désormais prélevée automatiquement au nom des hôtes. Un processus destiné à rendre le service transparent mais surtout plus facile comme le souligne la plateforme : “la collecte automatique est 100% efficace, simple et gratuite pour les villes comme pour les hébergeurs”.

Tout le territoire en 2019

Sur l’année 2017, quels sont donc les grands gagnants ? Sans surprise, on retrouve donc la ville de Paris en tête. La municipalité d’Anne Hidalgo recevra ainsi la part du lion avec sept millions d’euros. Nice et Lyon complète le podium. Les villes toucheront respectivement 863.000 et 640.000 euros. Le montant global de l’enveloppe devrait sensiblement évoluer dès l’année prochaine. En effet, au printemps le processus de collecte automatique de la taxe de séjour sera automatisé pour plus de 15.000 communes.

De quoi permettre à Airbnb de redorer son blason. L’entreprise se targue déjà d’aider les touristes à venir dans certaines zones géographiques et de doper le tourisme. Mais, les petites villes devraient être fortement aidée selon Emmanuel Marill, le directeur d’Airbnb France. Il évoque ainsi des “ressources nouvelles afin de financer leur propre attractivité”.

Pas sûr toutefois que cela fasse oublier aux acteurs locaux les dommages déjà causés. Hôtels et campings se plaignent ainsi régulièrement d’une concurrence déséquilibrée. La plateforme américaine est en effet soumise à beaucoup moins de normes. Enfin, dans certaines villes, c’est le marché locatif en lui-même qui est mis sous tension par Airbnb. Pour les propriétaires, ce type de location est parfois plus rentable que des locaux. De quoi repousser ceux-ci en périphérie et faire grimper les tarifs.

Publié le mardi 30 janvier 2018 à 10:53, modifications mardi 30 janvier 2018 à 9:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct