Dossiers

Naturalisation de Mamoudou Gassama, Service National Universel… La France connaît-elle un retour de la fierté nationale ?

Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron alors candidat avait déclaré qu’il serait le président des «patriotes». Une promesse visiblement tenue pour le Président au vu des sujets d’actualité récents. En effet, de nombreux événements tels que l’instauration du Service National Universel, la naturalisation de “héros sans papiers”, ou même le projet de loi asile-immigration sont autant d’actions qui symbolisent visiblement le retour d’une fierté nationale.

Le 28 mai dernier, Mamoudou Gassama, un jeune Malien de 22 ans, sauvait un petit garçon agrippé à un balcon menaçant de tomber dans le vide. Pour son geste, beaucoup avaient demandé la naturalisation du sans-papiers. Après une rencontre avec le président de la République, Mamoudou Gassama a vu sa situation se régulariser. Il sera d’ailleurs prochainement naturalisé et intégrera une brigade de sapeurs-pompiers. Cette naturalisation, demandée par bon nombre de Français, contraste avec le malaise pourtant existant autour de l’idée de « nation ». En effet, au vu des récents sujets d’actualité, les Français semblaient mal à l’aise avec les symboles nationaux. Toutefois, les récentes prises de position du gouvernement actuel portées par les français sont-elles synonyme d’un retour d’un sentiment national ?

Service national universel

Le 22 février 1996, le président de la République française Jacques Chirac annonce sa décision de professionnaliser les armées. Entre autres, la conscription n’est plus obligatoire, et remplacée par un volontariat. En 2017, le débat autour du service militaire revient dans la sphère politique : le candidat à l’élection présidentielle Emmanuel Macron promet d’instaurer un futur service militaire obligatoire pour les garçons et filles âgés de 15 à 18 ans. Cette promesse devient alors emblématique de la campagne présidentielle.
Si Emmanuel Macron ne veut pas du rétablissement d’un service national à l’ancienne (près d’un an, et axé en grande partie sur l’aspect militaire), il insiste tout de même sur son rôle civique et patriotique. En effet, ce service obligatoire comprendrait entre autres des activités sportives, l’apprentissage des gestes de premiers secours, mais aussi des valeurs civiques et républicaines.

La période obligatoire sera consacrée à des activités sportives, à l’enseignement des gestes de premiers secours et l’acquisition de réflexes en cas de situation de crise, ainsi qu’à la transmission des valeurs civiques et républicaines.

Rapportent nos confrères du Journal du Dimanche.

Patriotisme citoyen ou patriotisme tout court ?

Selon France Bleu, en 2016, 74% des Français seraient favorables à un retour du service militaire. Et selon le sondage Parole aux jeunes de Diplomeo : 63 % des jeunes sont d’accord avec le projet de service national universel. Leurs raisons ? Il permettrait de créer une cohérence sociale et de sensibiliser la population aux problématiques de sécurité. Et pour certains, la rencontre avec l’autorité est fort bienvenue. Approuvé par une majorité des Français, le service national universel ne représente-t-il pas un certain esprit patriotique ? De fait, le service militaire français jouait un rôle important dans l’apprentissage théorique du patriotisme à l’époque. Si sa nouvelle version semble plus axée sur un “patriotisme citoyen”, sa remise en place n’est-elle pas le symbole du retour de la fierté nationale ? Réponse en 2019 si l’Élysée donne son feu vert.

La naturalisation : une récompense quasi-systématique

Si vous avez suivi l’actualité de ce mois, vous avez très sûrement entendu parler de Mamoudou Gassama. Ce jeune Malien de 22 ans a sauvé un petit garçon qui était sur le point de tomber du quatrième étage de son immeuble. L’opinion avait alors majoritairement réclamé la naturalisation du jeune homme pris malgré lui dans le tumulte médiatique.

Comme c’est un acte exceptionnel, tout ça, on le fera évidemment dès aujourd’hui : régulariser tous vos papiers et, si vous souhaitez, on va engager une procédure de naturalisation pour que vous puissiez devenir français.

avait déclaré le président, le jour de sa rencontre avec le “spiderman” des temps modernes.

Mamoudou Gassama et Emmanuel Macron. Lundi 28 mai 2018

Avant Mamoudou Gassama, d’autres “héros sans papiers” ont été célébrés par la France. On pense notamment à Lassana Bathily, qui avait caché des otages le 9 janvier à l’Hyper Cacher de Vincennes.

J’ai été naturalisé Français le 20 janvier 2015 et j’ai un contrat de travail maintenant.

déclarait-il à nos confrères du Figaro.

C’est des mains du Premier ministre que le jeune homme avait reçu son décret de naturalisation. “Dès mon enfance, je rêvais d’être français”, avait-il alors déclaré lors de sa cérémonie d’entrée dans la citoyenneté française. Sa naturalisation avait alors été applaudie par bon nombre de Français, voyant ainsi un moyen de récompenser l’acte courageux de Lassana Bathily.

Pour résumer, le point commun de ces actes de bravoure réalisés par des sans-papiers est la naturalisation. Mais pourquoi ? Pourquoi la récompense de ces héros rime quasi-systématiquement avec l’obtention de la nationalité ? N’existe-t-il pas de multiples autres médailles et honneurs ? Si plusieurs hypothèses existent pour répondre à cette question, il est clair que la demande de naturalisation est un certain reflet d’une fierté nationale.

Arnaud Beltrame, symbole de “l’héroïsme français”

Si Arnaud Beltrame était français, son cas est également la parfaite illustration du retour d’un sentiment patriotique. Tué dans l’attentat de Trèbes le 23 mars dernier en se substituant à une otage, le colonel Arnaud Beltrame avait reçu un hommage national d’envergure. Le cercueil recouvert du drapeau tricolore, a été exposé au Panthéon. À cette occasion, le président de la République Emmanuel Macron n’avait pas hésité à parler de son “service pour la France”.

Son destin ne lui appartenait pas tout à fait, mais avec quelque chose plus grand que lui-même. Quelque chose de plus grand, plus haut, le service de la France.

Déclarait-il le mercredi 28 mars aux Invalides, soulignant également “l’héroïsme français”.

© AFP PHOTO / ludovic MARIN

En plus du président, c’est toute la Nation qui a rendu hommage au gendarme. En effet, la mort du colonel a provoqué l’émotion nationale, en témoigne les milliers de personnes venues saluer le passage de sa dépouille dans les rues de Paris. Comparé aux résistants que furent Jean Moulin ou Pierre Brossolette durant la Seconde Guerre mondiale, Arnaud Beltrame n’est-il pas le synonyme d’un besoin “d’héroïsme français” ? Mamoudou Gassama et tous ces héros naturalisés ne sont-ils pas l’expression d’une certaine soif de héros national ? L’avenir nous le dira…

Publié le lundi 25 juin 2018 à 8:32, modifications dimanche 24 juin 2018 à 22:07

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !