Dossiers

Le jeûne est-il vraiment bon pour la santé ?

Le jeûne est un phénomène qui intéresse de plus en plus les Français. Voici donc un point sur ses bienfaits thérapeutiques et sur le meilleur moyen de l’expérimenter avec le moins de risques possibles.

De nombreuses études sorties ces dernières années se sont penchées sur les bienfaits thérapeutiques du jeûne, que ce soit pour cultiver une meilleure santé ou pour lutter comme certaines maladies particulièrement dévastatrice comme le cancer. Mais si la privation de nourriture présente des bénéfices importants, il faut bien s’assurer de jeûner dans les meilleures conditions possibles pour éviter de les transformer en effets négatifs.

Notre corps s’adapte au jeûne

Manger est un besoin fondamental qui rythme chacune de nos journées, et d’autant plus dans un pays comme le nôtre, qui a fait de la gastronomie un véritable art de vivre, voire une marque de fabrique. Pourtant, de nombreuses études tendent à montrer que le jeûne présente des bienfaits importants pour la santé, et des milliers de personnes l’intègrent désormais à leur routine. Si cela peut paraître difficile à première vue pour les plus gourmands d’entre nous, notre corps sait pourtant très bien s’adapter à la privation de nourriture, lorsqu’elle reste dans les limites du raisonnable. 

Ainsi, le corps humain est conçu pour s’adapter à des apports cycliques en nourriture. En effet, comme l’explique le docteur Françoise Wilhelmi de Toledo, spécialiste de la question, le fait que l’Homme puisse se nourrir quotidiennement, à sa faim, pendant toute l’année, est un fait nouveau dans l’histoire de l’évolution. Notre corps est en effet conçu pour alterner entre des périodes d’opulence et de petite disette.

Ainsi, lorsque nous jeûnons, une série de mécanismes se mettent en place dans le corps. Certaines hormones sont relâchées et permettent de mieux mobiliser nos réserves d’énergie en transformant les lipides en carburant, et ce processus est connu pour avoir un effet anti-inflammatoire sur l’organisme. Le jeûne permet ainsi une meilleure protection ainsi qu’un renforcement des défenses immunitaires.

De nombreux bénéfices pour la santé

Le jeune est aujourd’hui recommandé pour ses effets bénéfiques contre des maladies aussi diverses que les troubles digestifs, les problèmes cardiovasculaires, l’anxiété ou la dépression. Son efficacité est également prouvée pour lutter contre les maladies inflammatoires, les allergies, et même Alzheimer et Parkinson. Cet effet impressionnant s’explique pourtant de façon simple à travers un mécanisme génétique bien identifié.

Lorsque le corps est exposé à une privation de nourriture, les cellules reçoivent un message qui leur permet de mieux se protéger. Pour cela, elles se mettent à exprimer des gènes différents par rapport à notre état normal. A travers ce processus, le corps peut donc se régénérer et même lutter contre la présence de cellules cancéreuses. C’est en tout cas ce que plusieurs études ont permis de montrer chez la souris. On a en effet pu montrer que les rongeurs atteints du cancer présentaient une meilleure résistance contre les effets négatifs de la chimiothérapie ainsi qu’un taux de rémission plus élevé. 

Le professeur Longo, qui enseigne à l’université de Californie, s’est d’ailleurs particulièrement intéressé à ce phénomène. D’après lui, les cellules cancéreuses détestent être privées de leur apport en glucose, et se mettent souvent à stagner, voire à rétrécir lorsque le malade effectue un jeûne. Avec les effets conjoints de la chimiothérapie, le jeûne peut donc être un traitement d’autant plus efficace contre le cancer.

Au-delà de ces questions précises de santé du corps, le jeûne est pratiqué depuis des millénaires par toutes les grandes religions et traditions spirituelles à travers le monde, et ce n’est pas par hasard. En effet, une étude du scientifique allemand Otto Büchinger a permis de montrer les bienfaits psychiques du jeûnes sur 372 personnes. Ces dernières s’étaient déjà abstenues de manger à plus de 10 reprises dans les dernières années, avec des effets durables sur leur bien-être mental, leur équilibre, et leur faculté à prendre du recul par rapport aux événements de la vie. Des jeûnes religieux comme le Ramadan, Kippour et le Carême présentent donc un véritable bénéfice spirituel pour les pratiquants.

Une bonne préparation est nécessaire

Il ne faut surtout pas prendre le jeûne à la légère, malgré ses bienfaits thérapeutiques prouvés. En effet, il est fortement déconseillé de se priver de nourriture et être un minimum accompagné dans cette voie. Avant de jeûner, il est recommandé de faire un bilan général de votre état de santé générale afin de repérer d’éventuels carences, qui peuvent être très dangereuses. Quelques jours avec une privation de nourriture, il faut également veiller à réduire petit à petit les quantités absorber, bien s’hydrater et privilégier les produits riches en fibres et en vitamines (fruits et légumes principalement). Veillez également à ne pas reprendre un rythme alimentaire normal après un jeûne, même si la tentation peut être grande lorsque l’on a faim.

Mais la prévention et l’accompagnement de cette démarche sera d’autant plus important si les pouvoirs publics s’emparent de la question. En effet, dans un pays comme l’Allemagne, les cures de jeûne sont remboursées. La Russie a quant à elle une politique de promotion des centres spécialisés à grande échelle. La France semble donc avoir accumulé du  retard sur ce sujet important qui touche à notre bien-être collectif, à une époque où la malbouffe a tendance à se généraliser.

 

 

Publié le dimanche 22 juillet 2018 à 8:19, modifications dimanche 15 juillet 2018 à 23:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !