Dossiers

Dormir avec le ventilateur allumé est-il mauvais pour la santé ?

Au-delà des préjugés et des légendes urbaines, voici un point sur la recherche scientifique sur ce sujet particulièrement polémique.

Alors que la France connaît un été particulièrement torride, rares sont les maisons et les appartements équipées d’une climatisation. Beaucoup d’entre nous optent donc pour le traditionnel ventilateur, surtout pendant la nuit où la chaleur nous empêche souvent de dormir. Mais récemment, de nombreux articles ont émergé sur la toile traitant des dangers de dormir avec le ventilateur allumé. Certains semblent en effet attraper des coups de froids, ou développer des irritations de la gorge, du nez et des sinus. Mais les risques seraient encore plus importants, puisque des problèmes cardiaques et cérébraux sont même évoqués !

Pourtant, la réponse à cette interrogation ne semble pas avoir de réponse scientifiquement incontestable. En effet, l’organisation scientifique Collaboration Cochrane, qui fournit des études sur de nombreux sujets à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), avait même affirmé en 2012 que l’état de la recherche sur le sujet ne permet pas de trancher sur les dangers potentiels du ventilateur. En attendant l’étude révolutionnaire qui résoudra ce problème, l’OMS recommande donc de souscrire aux recommandations gouvernementales en la matière.

Un point sur les recommandations officielles

L’OMS elle-même conseille de se munir d’un ventilateur jusqu’à la température de 30°C, après laquelle celui-ci devient contreproductif voire dangereux. En envoyant de l’air trop chaud, le ventilateur peut alors donner la fausse impression de rafraîchir le corps alors qu’il ne fait qu’augmenter sa température. Cela peut alors mener à une hyperthermie avec des symptômes graves pouvant aller de céphalées à l’insuffisance cardiaque. De leur côté, les autorités sanitaires françaises recommandent l’utilisation du ventilateur avec de la glace afin de refroidir l’air brassé, ou encore un brumisateur. Toutefois, il n’est jamais précisé s’il faut le garder allumer la nuit, que ce soit pour l’OMS ou pour le gouvernement français.

Pour ce qui est des personnes âgées, la canicule de 2003 a permis de comprendre que leur capacité à transpirer est limitée, ce qui peut entraîner rapidement une grave hyperthermie en cas de chaleur prolongée. Une étude de 2016 menée conjointement par deux scientifiques de l’université de Montréal et du Texas a permis de montrer que  le ventilateur utilisé à une température extrême de 42°C aggrave les symptômes d’hyperthermie comme la température du corps et la fréquence cardiaque des sujets, âgés de 60 à 80 ans. Pour les seniors, il est donc conseillé de s’asperger d’eau régulièrement en cas de forte chaleur. C’est la condition nécessaire pour pouvoir ensuite utiliser un ventilateur, qui est donc déconseillé pendant la nuit, puisque l’hydratation régulière de la peau n’est plus possible.

Une étude qui éclaircit un peu le problème

Le professeur Ollie Jay, spécialiste en physiologie de la thermorégulation à l’université de Sydney en Australie, est quant à lui beaucoup moins critique vis à vis du ventilateur. En effet, d’après lui, dormir avec un ventilateur la nuit serait moins dangereux que pendant la journée, puisque les températures ont alors nettement tendance à baisser. Cette peur en grande partie infondée reposerait donc sur des préjugés, d’ailleurs particulièrement vivaces dans certains pays comme la Corée du sud, où le ventilateur pendant la nuit est carrément associé à un risque de mort !

Et Ollie Jay sait de quoi il parle, car il a dirigé la thèse de Nathan Bradley Morris, qui a mené dans ce cadre une expérience pour tester les dangers du ventilateur dans des situations déconseillées par les autorités sanitaires. Pour cela, il a reconstitué les conditions des canicules de Chicago en 1995, avec des températures autour de 40°C et un taux d’humidité de 50%, et d’Adelaïde (Australie) en 2009, avec des pics à 46°C et une humidité de 10%. Plusieurs sujets ont été testés avec et sans ventilateur dans ces deux environnements, et les résultats sont particulièrement intéressants.

En effet, d’après Nathan Bradley, le ventilateur est particulièrement efficace dans le cadre d’une chaleur humide, puisqu’il permet de baisser la température du corps et d’alléger le fonctionnement du système cardiovasculaire, avec toutefois une déshydratation plus importante à l’issue de l’expérience. Pour ce qui est de la chaleur sèche, le ventilateur s’est montré inefficace, puisqu’il n’a pas pu enrayer l’hyperthermie et la tension cardiovasculaire.

Les bienfaits du ventilateur dépendent donc fortement de l’environnement dans lequel il est utilisé. Mais d’après Ollie Jay, s’il est systématiquement associé à une humidification régulière de la peau, il présente davantage de bénéfices que d’inconvénients.

Une meilleure circulation de l’air pendant la nuit ?

Une étude plus spécifique sur l’effet du ventilateur lorsqu’il est utilisé pendant la nuit a récemment été publiée par une scientifique de la NASA, Eryn Flinn Evans. D’après elle, celui-ci peut être utile dans la mesure où il permet à l’air de mieux circuler et d’éviter que des poches de CO2 ne se forment dans une chambre à coucher. Mais qu’en est-il des allergies et des infections lorsque le ventilateur est dirigé la tête du dormeur ?

D’après l’éminent pneumologue américain Len Horovitz, rien ne prouve que cela soit absolument nocif pour la santé. Toutefois, celui-ci met en avant deux risques liés à cette pratique : celui d’assécher le nez, la bouche et la gorge pendant la nuit, et enfin de s’exposer davantage aux agents allergènes contenus dans la poussière ambiante. Il est donc recommandé de ne pas l’orienter vers son visage pendant la nuit et/ou d’utiliser un filtre à air.

Pour ce qui est des milieux hospitaliers, le ventilateur n’est pas interdit en France. En effet, si les patients ressentent le besoin de l’utiliser pendant la nuit et que les résultats sont positifs, le personnel ne les en empêchera pas. En effet, pour de nombreux praticiens, la recherche actuelle sur ce sujet ne permet pas de mettre en avant des risques d’infection particulièrement élevés qui justifieraient d’en limiter l’usage.

En résumé, le ventilateur peut être utilisé pendant la nuit si l’on prend les précautions nécessaires au préalable. Les individus à risque comme les seniors ou les enfants en bas âges devraient toutefois opter pour une solution moins controversée comme la climatisation.

Publié le mardi 21 août 2018 à 12:07, modifications mardi 21 août 2018 à 10:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !