Web

Le Sénat américain défend la neutralité du Net

Le Sénat américain a symboliquement voté mercredi 16 mai en faveur du rétablissement du principe de « neutralité de l’Internet », qui prône un accès égalitaire et sans discrimination au web.

Ce vote, remporté 52 voix (47 démocrates, 3 républicains, 2 indépendants) contre 47 visait à contester la décision de la Commission fédérale des communications (FCC) qui a voté en décembre 2017 en faveur de l’abrogation du principe de neutralité adopté sous l’administration Obama en 2015.

Une victoire symbolique

Si l’on peut saluer cette victoire des démocrates dans un Sénat à majorité républicaine, elle reste toutefois largement symbolique. En effet, il y a de fortes chances pour que ce vote soit rejeté par la Chambre des représentants, où le parti de Donald Trump dispose d’une très confortable majorité.

Plusieurs élus démocrates espèrent que le résultat du vote du Sénat encouragera les jeunes à voter lors des élections de mi-mandat au Congrès en novembre prochain. L’enjeu est de de renouveler 35 sièges des 100 sièges du Sénat. Par conséquent, de mauvaises élections de mi-mandat peuvent empêcher le Président d’agir et d’appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt.

Risques liés à l’abandon de la neutralité

Le 14 décembre dernier, la FFC, avec à sa tête Ajit Pai, récemment nommé par Donald Trump a aboli le principe de neutralité d’internet.

Cette décision implique que de grands fournisseurs d’internet américains comme Comcast AT&T ou Verizon pourraient privilégier les meilleurs payeurs (en leur donnant des accès plus rapide par exemple) au détriment de leurs compétiteurs.

Sans la protection des règles sur la neutralité du Net, les fournisseurs d’accès auront le droit de bloquer, de ralentir ou de faire payer des droits sur les contenus, ce qui limitera les choix des utilisateurs et empêchera les petits opérateurs d’entrer sur le marché.

a affirmé Ferras Vinh du Centre pour la Démocratie et la Technologie qui soutient les principes de neutralité.

De son côté US Telecom, un lobby qui représente les fournisseurs, a exprimé sa déception après le vote du Sénat.

Le FFC a informé que la nouvelle réglementation contredisant la neutralité d’internet, entrera en vigueur le 11 juin prochain.

Ce libéralisme poussé à son paroxysme ne contredit-il pas l’essence même de l’Internet, qui a au départ été créé comme un bien collectif ?

Publié le jeudi 17 mai 2018 à 13:16, modifications jeudi 17 mai 2018 à 12:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !