Web

Facebook veut vous aider à contrôler votre addiction… à Facebook !

Facebook va bientôt vous permettre de contrôler le temps passé sur le réseau social grâce à un outil nommé “Your time on Facebook”.

Le géant du net travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité qui permettra aux utilisateurs de Facebook de mieux réguler le temps passé sur le réseau social. Une initiative qui peut être analysée comme une volonté d’évoluer vers plus d’éthique après le scandale Cambridge Analytica.

Quand Facebook reconnaît son potentiel addictif

La firme de Mark Zuckerberg a confirmé qu’elle s’apprêtait à sortir un outil pour mesurer le temps passé sur Facebook. Littéralement nommé “Your time on Facebook” (Votre temps sur Facebook), cette fonctionnalité permettra de susciter une prise de conscience chez les utilisateurs les plus chevronnés par rapport au temps passé tous les jours derrières leur écran à scroller dans leur fil d’actualité.

Les internautes seront ainsi informés du temps passé sur le réseau dans les 7 derniers jours. De plus, ils pourront fixer une limite qui déclenchera un rappel automatique. C’est la développeuse informatique Jane Manchon Wong qui a partagé cette information sur Twitter. D’après elle, cette fonctionnalité sera également mise en place sur Instagram, qui appartient à Facebook.

Pendant ce temps, les dirigeants du réseau social affirment que cet outil fait partie d’une nouvelle stratégie visant à s’assurer que les utilisateurs passent de “bons moment” sur le réseau. Mark Zuckerberg s’était d’ailleurs lui-même prononcé en faveur de l’initiative “Time Well Spent” (temps mieux employé), lancé par un ancien cadre de Google pour se défaire de l’addiction aux nouvelles technologie, dont on connaît aujourd’hui les conséquences sur la santé.

Une tendance revendiquée par les GAFA

Face à la montée en puissance des “digital detox” pour lutter contre l’addiction à internet, les géants du web comme Google, YouTube, Apple, et bientôt Instagram et Facebook on lancé ce nouveau mouvement de “déconnexionnisme”. Pour de nombreux professionnels de ces sujets, comme Antonio Casilli, qui enseigne la sociologie à Télécom Paris, il s’agit d’une volonté paradoxale, puisque pour lutter contre l’addiction qu’elles ont suscité, les GAFA mettent en place des outils “productivistes” basés sur données chiffrées précises (temps passés, nombre de clics…)

En outre, cette stratégie est un excellent moyen pour ces entreprises de noyer le poisson et d’éviter de parler de sujets bien plus polémiques, comme la protection des données. Sans cela, les utilisateurs seront peut-être amenés à les quitter définitivement.

Publié le jeudi 28 juin 2018 à 13:55, modifications jeudi 28 juin 2018 à 10:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !