Web

Facebook saura peut être bientôt si vous êtes riches ou pauvres

Un brevet déposé par Facebook aux USA dès 2016 pourrait bientôt donner encore plus d’informations au réseau social…

Facebook sait déjà tout de vous. Il est temps d’arrêter de vous mentir. Si vous utilisez de façon régulière le réseau social de Mark Zuckerberg, celui-ci sait où vous vivez, qui sont vos amis, connaît la plupart de vos habitudes et même certains de vos proches qui ne l’utilisent pas. Bref, une véritable petite pieuvre qui ne semble pas vouloir s’arrêter là.

Un algorithme prédictionnel

En effet, à en croire, un brevet déposé en 2016 et qui vient d’être publié par le “US Patent & Trademark Office”, l’office américaine en charge de les réguler, une nouvelle étape serait sur le point d’être franchie. C’est le site américain IFL Science qui a relevé cette information quelque peu surprenante.

Alors comment cela marcherait-il concrètement ? Il n’est bien sûr pas question d’aller espionner vos informations bancaires ou vos achats sur Internet (les cookies le font très bien). De fait, l’algorithme se baserait sur certaines de vos réponses à des questions mais aussi de façon générale en se basant sur vos actions quand vous utilisez Facebook : les gens avec lesquels vous interagissez, les groupes, les commentaires, le nombre d’appareils utilisés pour vous connecter… A partir de ces données, il serait alors capable d’extrapoler pour vous placer dans une grande catégorie, sans même avoir accès à vos revenus. Trois grands blocs seraient définis : classe ouvrière, classe moyenne et classe haute.

Eviter un blocage des utilisateurs

Attention, comme on vous le disait hier, les habitants de la Silicon Valley ont une vision très large de la classe moyenne. Des habitants de Palo Alto (où se trouve le siège de Facebook) se considèrent ainsi comme en faisant partie tout en gagnant 30.000 dollars par mois. De quoi fausser les résultats. Dans tous les cas, l’idée semble être de ne pas avoir à demander aux utilisateurs combien ils gagnent. Cette donnée est souvent considérée comme privée (avec des variations selon les pays). Surtout, cela permet à Facebook de ne pas être trop intrusifs en façade.

La compilation de ces données permettrait aussi à Facebook de proposer des publicités beaucoup plus ciblées. Cela veut aussi dire une valeur ajoutée beaucoup plus importante pour les annonceurs. Il faut toutefois veiller à ne pas sombrer dans la paranoïa. Rien ne garantit que Facebook fera un jour l’usage de ce brevet. Un porte-parole du réseau social de Mark Zuckerberg a ainsi expliqué à nos confrères de Gizmodo, que le géant déposait près d’un millier de brevets par an. Sans garantie de tous les utiliser. Loin de là.

Publié le mardi 27 février 2018 à 13:33, modifications mardi 27 février 2018 à 11:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !