Insolite

Présidentielle 2017 : A 101 ans, Geneviève Callerot connaîtra son 17ème président

Née sous la présidence de Raymond Poincaré, Geneviève Callerot, qui a fêté ses 101 ans le 6 mai dernier, va connaître son 17ème président de la République.

Geneviève Callerot a fêté ses 101 ans samedi 6 mai et vit une retraite paisible en pleine nature à Saint-Aulaye en Dordogne. Et ce dimanche 7 mai, celle qui est née sous Raymond Poincaré connaîtra son 17e président de la République.

Celle qui cultive toujours son potager, un seau dans une main, sa canne dans l’autre, espère bien pouvoir terminer son sixième roman.

En effet, si Geneviève Callerot a travaillé la terre toute sa vie, sa passion pour l’écriture s’est révélée chez elle dès l’adolescence.

Cependant, elle a écrit son premier livre, Les cinq filles du Grand-Barrail, à 67 ans. 15 000 exemplaires ont été vendus. Ont suivi Treize grains de maïs, Quatre sons de cloche, L’Etang des trois Jules et La demoiselle du Château sorti en 2014 :

Je ne suis jamais allée à l’école. Mon père refusait de nous mettre en pension car il avait été trop malheureux interne à Paris. Ma mère, qui avait son brevet supérieur, avait le droit de nous enseigner. Elle l’a fait jusqu’à mes 14 ans.

« J’ai toujours été voter »

J’ai toujours été voter

Glisse celle qui a connu Hitler au détour d’une interview.

Son premier scrutin, elle l’a connu après la Seconde guerre mondiale, à l’âge de 29 ans :

On nous a donné à nous les femmes le droit de vote, on ne va pas le laisser perdre. C’était le premier vote des femmes, en 1945. Je venais d’avoir une fille, c’était plus important que les élections. Maintenant, aller voter, c’est tout simple. Pour nous, c’était tout de même un acquis.

Or, l’un de ses petits plaisirs est de commenter la vie politique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Geneviève Callerot porte donc un regard acéré sur le paysage politique de 2017.

Je pense que nos hommes politiques sont des imbéciles et surtout qu’ils n’ont aucune notion de la Nation.

L’ancienne paysanne dit n’avoir jamais adhéré complètement à un seul candidat. D’ailleurs, en 2007, elle a avoué avoir glissé les deux bulletins Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal dans l’urne pour exprimer son désaccord.

En outre, aujourd’hui, la vieille dame regrette le climat dégradant de la campagne. Attendant toujours du président idéal. Avec plus d’équité, plus de partage et pas uniquement financier.

C’est la raison pour laquelle, elle glissera son bulletin dans l’urne dimanche.

Je suis une combative, je me suis battue toute ma vie contre ci, contre ça.

Néanmoins, Geneviève Callerot reste prudente. En dépit des sondages, pour la centenaire rien n’est joué et une surprise n’est pas à exclure.

Publié le dimanche 7 mai 2017 à 15:55, modifications dimanche 7 mai 2017 à 21:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !