Insolite

Milan, capitale de l’élégance également pour les… chiens

Pull en cachemire, manteau gris en laine bouclée… Milan est connue pour être l’une des capitales de la mode. Et aujourd’hui, les fashionistas italiennes peuvent aussi habiller leurs chiens de vêtements sur mesure, assortis à leur tenue.

Ce projet un peu fou est né en février dernier de l’imagination de Giovanna Temellini, une Milanaise de 57 ans travaillant dans la mode depuis un quart de siècle.

Tout est né par amour

souligne cette conceptrice et prototypiste, qui donne de son temps pour aider les associations de protection des animaux.

Un chien porte un habit de l'atelier

(credit photo AFP/Archives) Un chien porte un habit de l’atelier “Temellini Dog A Porter” qui crée des vêtements assortis à ceux conçus pour les femmes, le 5 décembre 2017 à Milan, en Italie

Un soir, dans l’atelier, sa fille lui dit :

Tu fais tellement de petites choses pour tous les chiens… Mais quand il pleut, le mien a les oreilles toutes mouillées.

Le soir suivant, une de ses collaboratrices se présente avec un petit blouson avec deux petites capuches pour les oreilles, assorti à celui de sa fille. De là naît l’idée d’un atelier de couture sur mesure pour les chiens, “Temellini Dog A Porter”, pour leur créer des vêtements assortis à ceux que Giovanna conçoit pour les femmes.

Le maître-mot des collections est l’élégance, avec des tissus de grande qualité, souligne celle qui a travaillé pour des grands noms de la mode comme Bottega Veneta, Ermanno Scervino ou Armani.

Un chien porte un vêtement de la conceptrice italienne Giovanna Temellini à Milan, le 5 décembre 2017

(credit photo AFP/Archives) Un chien porte un vêtement de la conceptrice italienne Giovanna Temellini à Milan, le 5 décembre 2017

Je suis très respectueuse et attentive à toutes les exigences du chien, qui sont de pouvoir bouger, courir, se salir, socialiser… Je me refuse à faire des choses qui limitent le chien ou le ridiculisent, car il s’en rend compte.

explique Mme Temellini, qui possède deux lévriers afghans, Ulisse et Anubi.

Rejetant aussi l’idée de créer des vêtements élastiques pour se faciliter la tâche, elle a étudié la morphologie de tous les chiens et a créé cinq catégories de vêtements (pour doberman, basset, lévrier…) avec à chaque fois 6 à 7 tailles différentes.

Chiens frileux

Lors d’une commande, elle mesure la taille du cou du chien, celle de son thorax et la longueur entre le cou et la queue. En suivant la table des tailles, elle vérifie où l’animal diverge, et en fonction élargit, rétrécit ou construit l’habit sur mesure.

Une femme pose avec son chien qui porte un vêtement assorti aux siens à Milan, le 5 décembre 2017

(credit photo AFP/Archives) Une femme pose avec son chien qui porte un vêtement assorti aux siens à Milan, le 5 décembre 2017

Naturellement, trône dans son bureau un mannequin de couture en forme de chien…

Pour Giovanna Temellini, l’idée est d’offrir une collection qui puisse convenir à tous les compagnons à quatre pattes, y compris ceux ayant des handicaps. Pas question de mettre du synthétique au contact de leur peau, ni du duvet de plume – “pas d’animal pour réchauffer un autre animal”. En revanche, les beaux tissus ont toute leur place, du cachemire à l’alpaga, idéal pour protéger les chiens souffrant de rhumatismes.

Cela a un prix : le T-Shirt en cachemire vaut 142 euros, un blouson type bomber en laine mérinos 212 euros et un manteau avec de petites fausses poches 252 euros.

Lors d'une commande, on mesure la taille du cou du chien, celle de son thorax et la longueur entre le cou et la queue

(credit photo AFP/Archives) Lors d’une commande, on mesure la taille du cou du chien, celle de son thorax et la longueur entre le cou et la queue

Le travail de Giovanna m’a plu tout de suite. Elle utilise des tissus très raffinés.

confie Beatrice Gerevini, propriétaire d’un basset allemand, Wolfgang.

Il est très difficile de trouver des chandails pour les bassets, qui ont une forme particulière. Or ce sont des chiens extrêmement frileux.

note-t-elle, en soulignant que Wolfang aime porter des vêtements, contrairement à son autre chien.

Pour cette étudiante de 24 ans, coordonner son propre vêtement avec son animal crée “une connexion avec son chien”, dont elle se dit véritablement “amoureuse”. C’est aussi “une sorte de jeu, une manière de se faire remarquer, les gens sourient en nous voyant, le basset a déjà une forme particulière…”

Parmi les autres fans de Giovanna Temellini, un homme de la région de Bergame est venu acheter pour sa chienne, adoptée dans un refuge, “toute une garde-robe”. Parce qu’après ce qu’elle avait vécu, “elle le méritait”.

Publié le jeudi 4 janvier 2018 à 11:36, modifications jeudi 4 janvier 2018 à 10:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct