Média

Malgré ses ennuis judiciaires, Jean-Marc Morandini sera bien à l’antenne d’iTélé dès le 19 Octobre

La chaîne d’information du groupe “Canal Plus” de Vincent Bolloré vient de publier un communiqué concernant l’animateur. Jean-Marc Morandini présentera bien une émission quotidienne sur “iTélé” dès le 19 Octobre entre 18h et 19h. L’animateur a été mis en examen pour “corruption de mineurs” dans l’affaire des castings de la web série “Les Faucons”. De nombreux journalistes de la chaîne d’information en continu ont tenu à exprimer leur mécontentement et à se désolidariser de cette décision.

Jean-Marc Morandini était annoncé depuis de long mois comme une recrue du mercato estival pour composer et animer la nouvelle grille de rentrée du groupe Canal Plus (C8, CStar, CNews/iTélé, Canal +).

L’affaire judiciaire a rebattu les cartes après la publication choc dans l’hebdomadaire Les Inrocks. Suite à ses ennuis judiciaires et sa mise en examen dans l’affaire des castings et dans sa gestion de la web série Les Faucons, l’animateur avait été privé d’antenne sur la radio Europe 1, remplacé depuis par Christophe Hondelatte, et ses plateaux de l’émission Crime sur NRJ12 ont été coupés au montage lors des nouvelles diffusions de rentrée.

Ce rebondissement inattendu permet à Jean-Marc Morandini de relancer sa carrière professionnelle qui était menacée et compromise depuis le début de cette affaire judiciaire.

L’animateur sera à la tête de Morandini Live, un magazine consacré aux médias avec des interviews, des infos et des débats liés à l’actualité du secteur.

Aucune information n’a été communiquée sur la présence éventuelle de chroniqueurs ou le retour de ses anciens collaborateurs : Cécile de Ménibus ou Rodolphe de Laboulaye.

malgre-ses-ennuis-judiciaires-jean-marc-morandini-sera-bien-a-lantenne-ditele-des-le-19-octobre

Ce choix de la direction de la chaîne ne tient pas compte de la mise en examen de Jean-Marc Morandini qui bénéficie de la présomption d’innocence. Il a été placé sous contrôle judiciaire et n’a pas le droit d’entrer en contact avec les victimes ou d’exercer une activité professionnelle en lien avec des mineurs.

La Société des journalistes de la rédaction d’iTélé a tenu à réagir, à exprimer son mécontentement et son incompréhension à la direction de la chaîne et se désolidarise de cette décision.

L’ambiance dans les conférences de rédaction ou devant la machine à café risque d’être assez froide entre Jean-Marc Morandini et certains journalistes d’iTélé, réfractaires à son arrivée.

L’animateur a tenu à se défendre et a clamé son innocence tout au long de cette affaire judiciaire. Jean-Marc Morandini a même porté des accusations graves en parlant d’une cabale orchestrée en partie par le journaliste Marc-Olivier Fogiel et le chroniqueur Mathieu Delormeau.

La polémique enfle également sur la toile et les réseaux sociaux :

Voici le communiqué de la Société des journalistes d’iTélé :

” L’arrivée de Jean-Marc Morandi est inacceptable “

La Société des journalistes d’I-télé- Canal+ a appris avec consternation la venue de Jean-Marc Morandini sur l’antenne de l’iTele à partir du 19 octobre pour une émission quotidienne consacrée aux medias.

La rédaction est sous le choc, inquiète de l’impact de cette décision.

A plusieurs reprises déjà depuis l’ouverture d’une enquête à son encontre, nous avons exprimé notre profond désaccord sur la venue de Jean-Marc Morandini. Nous l’avons exposé à notre direction. Il nous apparaissait déjà qu’il était inacceptable d’associer notre image à celle d’un producteur de série érotique sur le net (Les Faucons), cette situation étant de nature à porter atteinte à notre honneur, à notre réputation et d’une manière générale aux nos intérêts moraux.

Notre métier repose sur la crédibilité. Celle d’une rédaction, celle de ses journalistes. Sur notre image. Sur une déontologie. C’est notre bien commun.

Sans préjuger de sa culpabilité, en respectant sa présomption d’innocence, il est évident que la présence de Jean-Marc Morandini entachera l’image de la chaine et de ses journalistes.

Il y a deux semaines, la direction nous expliquait que ” les faits reprochés à Jean-Marc Morandini (étaient) graves, et (que) la question de son arrivée ne se (posait) plus. Sauf contrordre “.

L’argument avancé aujourd’hui par la direction pour justifier ce ” contrordre ” est le suivant : faire remonter les audiences. Il est d’un cynisme en complet décalage au vu de la gravité des faits qui lui sont reprochés.

Actuellement Jean-Marc Morandini est mis en examen pour ” corruption de mineurs “, et ” corruption de mineurs aggravée ” par l’utilisation d’un moyen de communication électronique. Par ailleurs, il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer une activité professionnelle en lien avec des mineurs.

Le contrôle judiciaire reflète la gravité des soupçons qui l’empêchent, à nos yeux, de pouvoir être l’une des incarnations fortes d’iTélé. Que ferons-nous lors de la prochaine étape judiciaire pour rendre compte des faits ?

Le simple fait d’écrire ces lignes nous paraît à tous surréaliste.

Alors que depuis des années, l’opinion attend particulièrement des personnalités publiques la probité qui s’impose à tous, alors que le principe d’un retrait de ses fonctions lors d’une mise en examen en attendant le jugement est communément acquis (chez les élus, les fonctionnaires, les sportifs, entre autres) comment pourrions-nous, en tant que journalistes, nous en exonérer ?

Parce que nous souhaitons tous la réussite de notre chaine et parce que le 19 octobre est encore loin, nous demandons à notre direction de revenir sur sa décision. Dans l’intérêt de tous.

Publié le dimanche 9 octobre 2016 à 9:12, modifications samedi 8 octobre 2016 à 19:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !