Séries

The Walking Dead : connaîtra-t-on un jour l’origine de l’épidémie ?

L’origine de l’apocalypse zombie demeure la zone d’ombre inviolable des séries The Walking Dead et Fear the Walking Dead.

Elle en est pourtant l’origine, la source, le commencement de toutes choses ! En d’autres termes, le pourquoi du comment. Mais les fans n’ont quasiment rien à se mettre sous la dent, pas plus dans les comic books que dans les séries dérivées. Le créateur Robert Kirkman avoue ne pas souhaiter lâcher la bombe de sitôt.

Un secret bien gardé

Selon nos confrères de chez Screen Rant, lorsque l’auteur en 2003 créa nos fameux zombies, héros et anti-héros, il façonna le parfait monde en péril. Sans commencer par le commencement ! C’est un choix que nous devrions respecter car c’est aussi ce mystère qui rend la série aussi attrayante. En effet, nous avons découvert les survivants après le déclenchement du virus. Les zombies étaient déjà là et on ne savait pas pourquoi. Le créateur refuse tout bonnement de lever le voile sur l’origine du mal…

C’est ainsi qu’il s’est exprimé en ces termes au Comic-Con de San Diego :

Aussi loin que j’ai pu essayer d’aller pour résoudre la question, j’ai toujours pensé que l’une des meilleures choses à propos de TWD et qu’elle ne parle pas de scientifiques et de gens qui s’occuperaient de trouver un remède. Je trouve que ce ne serait pas pertinent. S’il y avait une apocalypse zombie, je ne suis pas sûr qu’il y aurait ne serait-ce que cinq personnes dans cette salle qui pourrait s’occuper de ce travail. Aller dans ce sens, essayer de résoudre l’énigme ferait de la série quelque chose d’ennuyeux, alors ça ne se fera définitivement pas.

Grosse question que nous nous posons… Son co-équipier dessinateur Charlie Adlard est-il seulement au courant des causes du fléau ? Sachant que l’ami d’enfance de Kirkman (Tony Moore) avait dessiné les six premiers chapitres, qui sait si Adlard a été mis au parfum ? Rien de moins sûr vu la forteresse Kirkman ! Peut-être qu’Adlard aime lui aussi dessiner à l’aveugle, sans chercher à comprendre les raisons de l’infection.

Charlie Adlard et Robert Kirkman

Une révélation dénuée de sens

Il pourrait s’agir d’un point de désaccord pour certains fans désireux de tout savoir. Mais le créateur reste maître de son œuvre. The Walking Dead n’a jamais eu pour but de traiter de l’origine du fléau. Souvenez-vous du premier épisode… Rick Grimes (Andrew Lincoln) avait raté le commencement puisqu’il avait passé des jours dans le coma. Le spectateur vit ainsi les événements à travers ses yeux et n’a pas de longueur d’avance. Il ne connait ni les tenants ni les aboutissants. C’est un choix, alors respectons-le que diantre !

C’est une chose folle de science-fiction qui pourrait rendre l’histoire encore plus bizarre. Peut-être que des années après que ce soit fini, je le mentionnerai dans une interview. Cela ressemble à un aveu à la J.K Rowling ! Cela ne pourrait pas être moins important pour l’histoire et l’existence des personnages. Ce serait complètement hors contexte dans l’intrigue. Honnêtement, si un scientifique de Washington venait à la rencontre des personnages et leur expliquait ce qui s’est passé, ils hausseraient simplement les épaules et diraient « oh… okay ». Cela ne changerait rien à leurs vies et… J’en ai trop dit !

L’homme face à lui-même

Au final, The Walking Dead traite davantage de la menace qui pèse sur l’humanité que des morts-vivants. Bien sûr, les zombies restent la marque de fabrique de la franchise, ce qui fait vendre et attire. Bien qu’ils soient selon certains devenus plus éléments du décor que de l’action… Et pour cause, Kirkman a pris un soin particulier à faire de l’homme le méchant de l’histoire. Humains certes, mais pas plus dotés d’empathie et de sentiments que leurs ennemis morts-vivants pour certains. Le créateur place ainsi l’homme face à lui-même en lui montrant qu’il peut être pire qu’un monstre. Plus imprévisible que l’inconnu. Dépourvu de bonté et d’honneur quand l’instinct de survie prime sur tout le reste. Pensées pour Negan (Jeffrey Dean Morgan) évidemment, mais pas seulement.

Les zombies restent ainsi un clan, égaux et soudés en quelque sorte. Leur seul but reste de manger de la viande puisque leur cerveau a muté et qu’ils n’ont ni pensée ni souvenir. Les humains quant à eux se font la guerre, se traquent, s’évitent. Tous devraient prendre exemple sur Game of Thrones et s’unir face au Mal plus grand que ce qu’ils ont connu auparavant. Nord et Sud ensemble face aux Marcheurs Blancs… Gentils et vilains unis face aux zombies !

Dr Jenner et Mister Hyde

Côté source du mal et remède donc, nous pouvons seulement vous rappeler une part minuscule de ce que rapportent les fans des premières heures. Retour sur le sixième et dernier épisode de la saison 1. Le Docteur Edwin Jenner (Noah Emmerich) semblait le plus proche de la vérité. Employé du Centre pour le Contrôle des Maladies, il révéla aux survivants que le monde avait été infecté. Mordu ou non, quiconque mourra dès à présent se transformera en zombie. Belle promesse, de quoi filer la frousse au plus brave d’entre nous ! Pour rappel, l’épisode s’achevait sur l’explosion du Centre. Frileux, Kirkman avait à l’époque confié :

Je pense que ça a donné trop d’informations et que c’était un trop gros changement si tôt dans la série. Il y avait de meilleures façons de terminer la saison 1. Ça a donné un épisode sympa, j’aime beaucoup le personnage du Docteur Jenner et Noah l’interprète à merveille. Mais il y a des choses dans cet épisode qui, selon moi, n’appartient pas au monde de The Walking Dead.

En effet, le Doc parle du travail des scientifiques français visiblement plus avancé qu’aux États-Unis. Ainsi donc les français pourraient trouver une cure contrairement aux américains ? Ce serait une première ! Toujours est-il que le créateur nous cache toujours des choses, lui qui avait bien fait attention à ne pas révéler dans le BD ce qui se passait ailleurs dans le monde.

Et au final ?

Des films tels que 28 Jours de nuit, Resident Evil ou encore World War Z, le spectateur sait ce qui a causé la soif vorace de chair fraîche. Nous pouvons donc applaudir Kirkman de ne pas suivre le mouvement ! De conserver son secret contre vents et marées. Il serait si simple de larguer enfin la bombe à la dernière page de la BD. De donner son accord pour le dernier épisode. Mais ce n’est pas ce que souhaite le créateur. À moins donc de lâcher une bride d’explications dans quelques années, ne nous attendons pas à tout comprendre.

Et après tout, est-ce que les grands cuisiniers dévoilent les secrets de leurs recettes ? Les peintres les subtilités de leurs œuvres ? Les romanciers les prémisses de leurs intrigues ? Ce n’est en tous les cas pas une obligation. Et cette part de mystère offre à nos zombies un arrière-goût d’insuffisance. D’où venez-vous ? Pourquoi êtes-vous comme ça ? L’ignorance étant le meilleur des mépris, on a bien compris que les bouffeurs de chair ne nous aiment pas. Et bien nous non plus, mais on en redemande ! Non que Kirkman de son côté méprise ses fans, simplement que l’homme aimerait que l’on respecte son choix de ne rien révéler. Alea jacta est, poursuivons donc sur cette lancée !

Nous savons simplement grâce à FTWD que le gouvernement et la civilisation disparaissent peu à peu puisque c’est confirmé… Le monde entier est touché !

Publié le mercredi 21 mars 2018 à 15:39, modifications mercredi 21 mars 2018 à 18:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct