People

Moby critique la malbouffe et se fait descendre sur Twitter

Le musicien américain a été accusé de mépris de classe et de faire partie des privilégiés.

Bien se nourrir fait-il partie des privilèges des riches ? Une tribune de Moby dans le Wall Street Journal sur la malbouffe aux Etats-Unis, lui a valu de nombreuses critiques.

Les bons alimentaires au cœur du problème

Moby ne s’imaginait sans doute pas provoquer autant de réactions. Dans l’édition de lundi du Wall Street Journal, le musicien américain signe une tribune. Vegan assumé, il s’en prend aux systèmes des bons alimentaires et de la malbouffe. Le titre de cette tribune ? “Food Stamps Shouldn’t Pay for Junk” (les bons alimentaires ne devraient pas permettre d’acheter de la malbouffe). Il reproche au programme alimentaire de permettre d’acheter notamment, bonbons, sodas et viandes transformées. Moby conseille ainsi aux bénéficiaires de se concentrer à la place sur certains aliments comme les haricots, les légumes ou encore les fruits.

Mais, cette publication n’a pas vraiment été reçue positivement. Plusieurs arguments se détachent : une simplification de la problématique et un mépris de classe. Petite revue de tweets.

Ce que Moby n’aborde pas 1.) Les desserts. 2.) Le fait que les aliments sains peuvent être coûteux. 3.) Le fait que ces familles pourraient ne pas avoir le temps/les accessoires pour préparer de la nourriture saine.

Cher Moby, c’est un mauvais mépris de classe, les corps des autres ne sont pas vos affaires.

J’ai l’impression que les gens privilégiés comme Moby s’énervent que les gens pauvres ne vivent pas une existence ascétique, comme des moines. Comment osent-ils chercher le plaisir et la distraction !

Publié le jeudi 12 avril 2018 à 16:31, modifications jeudi 12 avril 2018 à 12:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !