People

Faustine Bollaert revient sur la tragique mort de sa meilleure amie

Très jeune, l’animatrice Faustine Bollaert a été confrontée à la dure réalité de la mort en perdant son amie à l’âge de 8 ans.

L’ancienne animatrice du Meilleur Pâtissier sur M6 a vécu un drame en novembre 1987. Âgée de 8 ans à l’époque des faits, Faustine Bollaert n’a jamais pu oublier ce qu’il s’était passé. C’est pour Paris Match qu’elle a bien voulu revenir sur ce douloureux passage de sa vie.

En retrouvant ce jour-là les bancs de l’école primaire Saint-Jean-de-Passy, dans le XVIe arrondissement parisien, je suis surprise : Alexandra, ma meilleure copine, n’est pas là. Son pupitre, qui jouxte le mien, est vide. Je me dis qu’après tout elle est peut-être clouée au lit à cause d’une grippe.

Malheureusement, sa meilleure amie n’était pas simplement malade. Après qu’un responsable soit venu chercher la jeune Faustine, le père Escudier lui apprend la mort de sa camarade dans un accident de la route, en prenant soin d’échanger le plus possible avec elle afin de ne pas la brusquer.

Faustine Bollaert : Replonge dans la vive douleur du passé

L’animatrice de 39 ans, qui a l’habitude d’entendre les confessions de ses invités dans Ça commence aujourd’hui sur France 2, s’est livrée sur sa douleur.

Le soir, à la maison, tout le monde est aux petits soins. Même mon frère me propose une partie de jeu de société. Ces attentions, aussi insignifiantes soient-elles, me reconstruisent peu à peu, même si les jours suivants sont marqués par le traumatisme de sa mort : solitude, pleurs et cauchemars. Je me raccroche à des petites choses de la vie.

Trente ans plus tard, Faustine a enfin l’impression d’avoir « refermé une cicatrice ». La sœur d’Alexandra qui n’était pas née lors de la disparition de celle-ci a pris contact avec Faustine.

Nous avons échangé des photos, des souvenirs ; elle m’a expliqué les circonstances de sa disparition. C’est important pour moi, à l’aube de la quarantaine, de reconstruire toutes les pièces du puzzle.

L’animatrice a également retrouvé le père Escudier à qui elle a demandé d’être « le maître de cérémonie » de son mariage. Proposition qu’il a acceptée.

Sa présence à l’église m’était indispensable et vitale.

écrit par Alexandre Vieira

Publié le samedi 19 mai 2018 à 14:41, modifications samedi 19 mai 2018 à 13:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !