Musique

Yvette Horner, la célèbre accordéoniste, est décédée

Figure incontournable de l’accordéon et égérie de Jean-Paul Gaultier, Yvette Horner est décédée à l’âge de 95 ans lundi 11 juin. 

Yvette Horner, l’accordéoniste la plus célèbre de France, est morte lundi 11 juin à l’âge de 95 ans à Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine.

Elle n’était pas malade. Elle est morte des suites d’une vie bien remplie

A commenté Jean-Pierre Brun, son agent.

Un symbole du Tour de France

Née en 1992 à Tarbes, Yvette Horner a marqué l’histoire de l’accordéon. D’abord, pianiste, la musicienne avait commencé sa carrière en 1947. Très vite, la jeune femme se montre particulièrement brillante. En 1948, elle est la première femme à remporter la Coupe du monde d’accordéon. Trois ans plus tard, Yvette Horner forme son orchestre et commence ses premières tournées.

Elle se plaisait à dire que l’accordéon était « sa religion ». En effet, aussi virtuose que joviale, Yvette Horner a défendu toute sa vie et avec passion le piano à bretelles, capable de « tout jouer ».

J’ai le même frisson avec certaines mélodies de rock stars qu’avec la quatrième symphonie de Beethoven. Je suis éclectique.

Disait-elle.

En outre, son agent a rappelé que cette grande figure des bals musette et populaires avait enregistré au cours de sa carrière «  plus de 300 albums ». Et vendu plusieurs dizaines de millions de disques.

Elle est notamment devenue populaire grâce au Tour de France dont elle fut la mascotte. Ainsi, pendant onze ans, perchée sur le toit d’une traction avant Citroën noire, en robe multicolore et sombrero mexicain, Yvette Horner jouait sans relâche de l’accordéon sous les acclamations du public. Encouragée par les « vas-y Vévette » affectueux qui fusaient de l’assemblée. A l’étape aussi, ses mélodies détendaient les coureurs fatigués.

Egérie de Jean-Paul Gaultier

A la fin des années 1980, après le décès de son mari, elle changea de look sous la houlette de Jean Paul Gaultier. Elle a alors troqué sa chevelure noire pour un roux flamboyant. Dès lors, la France a redécouvert « Vévette ». Relookée avec des tenues simili-panthère ou cloutées, parfois somptueuses, souvent extravagantes.

En 2011, elle a donné son dernier concert. A la même époque, la reine de l’accordéon a sorti un dernier disque Yvette hors norme. Album pour lequel le styliste Jean Paul Gaultier, dont elle a été une égérie, avait conçu la pochette et qui avait créé les derniers costumes de scène.

L’album contenait notamment des duos avec Lio, Michel Legrand ou encore Richard Galliano. Car, tout au long de sa carrière, Yvette Horner a connu des collaborations tous azimuts et de tous horizons. Aussi bien pour ses propres albums, que pour ceux d’autres artistes, tel que Julien Doré en 2011.

Publié le mardi 12 juin 2018 à 10:41, modifications mardi 12 juin 2018 à 10:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !