Musique

The Eagles of Death Metal interdits de deux festivals en France

Dans un bref communiqué, Cabaret Vert et Rock en Seine ont décidé conjointement de déprogrammer les concerts du groupe américain.

Les deux festivals français, le Cabaret Vert et Rock en Seine ont déprogrammé The Eagles Of Death Metal, le groupe qui était en concert dans la salle du Bataclan au soir des attentats du 13 novembre 2015. Le groupe devait se produire au festival Cabaret Vert à Charleville-Mézières le 25 août et faire l’ouverture de Rock en Seine à Saint-Cloud le 26 août

En désaccord total avec les récents propos tenus par Jesse Hughes (…), les festivals Cabaret Vert et Rock en Seine ont décidé ce jour d’annuler les concerts du groupe qui étaient prévus cet été.

Les propos incriminés ont été recueillis par le journaliste Gavin Mc Innes, l’un des fondateurs de Vice, connu pour ses prises de positions politiques conservatrices, ses articles anti-transgenres et ses déclarations sexistes. L’interview avait été diffusée le 12 mai par The Rebel Media, média conservateur au Canada.

Dans cet entretien, Jesse Hughes, le leader des Eagles of Death Metal, accumule les raccourcis racistes et les propos relevant de la théorie du complot. Il prétend notamment avoir vu les terroristes à l’intérieur de la salle du Bataclan avant le début du concert et que Salah Abdeslam aurait « fixé l’un de ses amis du regard ».

Plus grave, le chanteur affirme qu’il a attribué ce regard à « la jalousie des Arabes ».

Il poursuit en déclarant que

deux femmes en habit traditionnel musulman étaient dans la salle et n’ont pas été fouillées à cause de la façon dont elles étaient habillées par crainte d’offenser les musulmans pour aller au bout de leur projet sans que leurs sacs soient fouillés.

Dans ce récit extravagant, le leader du groupe ajoute notamment qu’il a vu

Des musulmans fêter les attentats de Paris et que l’argent du Golfe flotte partout et influence le dialogue en Europe et pollue les films américains.

Pour finir, Jesse Hughes évoque les spectateurs terrifiés et une jeune fille

se soumettant à la mort parce qu’elle manquait, selon lui, de réflexes face aux armes à feu.

A ce propos, dans une interview accordée le 3 décembre à Paris Match, il avait déjà affirmé qu’il avait grandi « avec le bruit des armes » et qu’il avait été le seul à avoir compris ce qui était en train de se produire pendant le concert

Les gamins dans la salle, eux, ne pigeaient rien.

Si l’homme est un habitué des déclarations controversées (on le savait conservateur, anti-avortement, fervent défenseur du port d’armes et même membre de la National Rifle Association – le lobby pro-armes aux Etats-Unis), il n’avait pourtant jamais prononcé des propos racistes à ce point violents, et encore moins mis en cause la réactivité des victimes.

Ainsi, ces déclarations n’ont pas du tout été du goût des organisateurs des deux seuls festivals à avoir programmé The Eagles of Death Metal cet été.

Publié le samedi 21 mai 2016 à 15:43, modifications samedi 21 mai 2016 à 15:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !