Musique

Mademoiselle K, retour à la french touch

Après un quatrième album studio entièrement en anglais (Hungry Dirty Baby, 2015), Mademoiselle K retrouve la langue de Molière avec Sous les brûlures, l’incandescence intacte. Un nouvel album plus varié musicalement que le précédent, qui se distinguait alors par un son rock pur et intense, obtenu par la formation d’un trio plus classique : guitare-basse-batterie.

Un album plus mature

Bien sûr, Katerine Glerak (qui mène son groupe depuis 2006) n’a pas soudain décidé de changer radicalement son style musical. On retrouve là sa personnalité habituelle, mais avec le sentiment qu’elle a digéré ses expériences du passé. Et ce, dès le premier morceau, Bonjour bonjour, chanté en français, avec des riffs de guitare simples et appuyés, auxquels s’ajoutent des chœurs en anglais et un usage parcimonieux de synthétiseurs. Une tendance vers une pop electro entraînante, assumée dès le second morceau, SICK.

Les premiers titres s’enchaînent alors, comme une série de tubes enivrants, autant les balades que les plus rythmés. Car il y a une vraie délicatesse qui se dégage de Mademoiselle K. Chantant, sur On s’est laissé, « C’est fini, mais je veux pas te détester », elle évoque notamment avec une certaine maturité la fin de relation, bien loin de son Jalouse de 2006 (album Ça me vexe). Mature dans ses textes, et d’une sensibilité touchante pour parler autant des difficultés de l’amour que de sa rage qu’elle a sur « l’dos qui tremble » (Sous les brûlures), Mademoiselle K est bel et bien de retour.

À l’évidence la chanteuse aide à aller mieux, ce qui se confirmera certainement au fil de sa tournée débutée le 6 octobre 2017. Mademoiselle K se produira notamment sur la scène du Bataclan le 22 novembre prochain.

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 17:51, modifications lundi 13 novembre 2017 à 17:51

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top