Culture

Yvette Chauviré, la plus grande ballerine française, est décédée

Yvette Chauviré, qui était considérée comme la plus grande ballerine française, est décédée à l’âge de 99 ans.

L’Opéra de Paris a annoncé que la grande ballerine Yvette Chauviré s’était éteinte presque centenaire à Paris, dans la nuit du mardi au mercredi 19 octobre.

L’interprète légendaire du rôle-titre de Giselle était une figure emblématique de la danse classique française du XXème siècle. Elle était l’une des rares danseuses étoiles à avoir reçu la distinction prestigieuse de Prima ballerina assoluta, un titre qui distingue les ballerines reconnues comme étant dotées de talents exceptionnels.

Yvette Chauviré a dansé tous les rôles du grand répertoire classique.

Mercredi soir, le directeur de l’Opéra de Paris, Stéphane Lissner, la directrice de la danse Aurélie Dupont et l’ensemble du personnel de l’Opéra national de Paris ont exprimé leur « tristesse » d’apprendre la disparition de l’immense danseuse, incarnation lumineuse de l’élégance, la finesse et la vivacité.

Dès l’âge de 10 ans, elle a été élève de l’école de danse de l’Opéra de Paris avant de rejoindre les rangs de ce dernier où elle devint danseuse étoile en 1941.

Mais c’est sa rencontre avec Serge Lifar qui lui permit de marquer un tournant dans sa carrière. Durant presque trois décennies, le danseur et chorégraphe d’origine ukrainienne régna sur la prestigieuse école du Ballet de l’Opéra de Paris où il s’employa à instaurer un niveau technique pour en faire, dans les années 1930 et jusqu’à aujourd’hui, l’un des meilleurs et les plus reconnus du monde.

Ainsi, Yvette Chauviré fut considérée, dans l’histoire de la danse classique, comme l’inspiratrice et l’interprète phare de Serge Lifar. Elle l’accompagna dans ses aventures artistiques et resta à ses côtés même lorsque celui-ci dû affronter des périodes troublées.

Aussi, quand Serge Lifar fut chassé de l’Opéra de Paris à cause de sa collaboration avec le parti nazi et les forces de l’occupation, la danseuse étoile démissionna aussitôt et le suivit à Monaco où il a pris la tête du Nouveau Ballet de Monte-Carlo.

Ensuite, une fois Paris libérée du joug nazi, le chorégraphe fut rappelé au Ballet de l’Opéra pour y reprendre son poste de maître de ballet, c’est tout naturellement qu’elle revint avec lui pour la création des Mirages.

Yvette Chauviré n’a jamais quitté l’Opéra de Paris puisqu’après y avoir dansé, en transmettant son savoir aux jeunes étoiles de l’Opéra de Paris.

Enfin, elle y revint une dernière en 1988, lors d’un hommage solennel qui lui fut rendu par le Ballet de l’Opéra Paris. A cette occasion, elle fut élevée au rang de Grand Officier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur. En juillet 2010, elle obtient la Grand-Croix dans l’Ordre national du Mérite et Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres.

Publié le vendredi 21 octobre 2016 à 11:08, modifications vendredi 21 octobre 2016 à 7:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !