Culture

La réédition des satires antisémites de Céline crée la polémique

Louis-Ferdinand Céline reste à ce jour l’un des auteurs français les plus lus dans le monde. Son roman “Voyage au Bout de la Nuit” est un classique reconnu de la littérature française. Cependant, l’écrivain est également connu pour son antisémitisme assumé. Les pamphlets qu’il a rédigé à ce sujet font actuellement polémique quant à une éventuelle réédition.

Le magazine L’Incorrect annonçait début décembre une réédition par Gallimard des pamphlets antisémites de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline “courant 2018”.  Bagatelles pour un Massacre, L’École des Cadavres et Les Beaux Draps, premièrement publiés entre 1937 et 1941, pourraient donc se retrouver de nouveau accessibles en librairie cette année. Bien qu’aucune date n’ait été fixée, l’éventuelle publication de ces écrits divisent clairement partisans et opposants.

Le Premier ministre Édouard Philippe n’est pas contre mais insiste pour qu’elle soit “soigneusement accompagnée”. Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et Filles de déportés juifs de France, y est fortement opposé. Il estime que les textes antisémites de Céline “tombent sous le coup de la loi”. Laurent Joly, historien spécialiste de l’antisémitisme avant et après l’Occupation, rappelle que Bagatelles pour un Massacre a été “le bréviaire des antisémites”.

SOS Racisme a également signalé mardi dans un communiqué :

Comment cette maison d’édition peut-elle tomber dans une utilisation mercantile de textes appelant explicitement à l’extermination des Juifs ?

La maison d’édition Gallimard se défend et dénonce “un procès d’intention”

L’éditeur Antoine Gallimard, qui se trouvait à New Delhi en Inde, pour la Foire internationale du Livre, a déclaré à un journaliste de l’AFP :

Le livre pour l’instant n’existe pas alors pourquoi cette polémique ? Elle ne devrait exister que quand j’annonce : “Voilà, il sortira et voilà l’édition”. On n’a pas à pousser les éditeurs à s’autocensurer. Il n’y a aucune raison de ne pas publier ces livres, il y a bien pire. Les livres bien pires, ce sont les livres insidieux, dans lesquels il y a un antisémitisme rampant, qui ne dit pas son nom. Je trouve que le débat est un peu hystérique, un peu fou. Ce débat, peut-être qu’il faut l’avoir mais en tous cas, je proposerai qu’on l’ait le jour où je ferai cette édition – si je fais cette édition – sera prête.

L’éditeur expliquait déjà à l’AFP via un communiqué le 20 décembre 2017, souhaiter s’inspirer de “l’édition critique” des textes de Céline publiée en 2012 au Québec.

L’intention est de recadrer et de replacer dans leur contexte des écrits d’une grande violence, marqués notamment par la haine antisémite de l’auteur.

Les œuvres de Céline feront partie du domaine public en 2031. Bien qu’ils ne soient pas interdits en France, ils n’ont cependant pas été réédités depuis la fin de la Seconde Guerre. Toutefois, ils sont néanmoins très faciles à trouver sur internet ou chez autres bouquinistes.

Publié le jeudi 11 janvier 2018 à 8:56, modifications jeudi 11 janvier 2018 à 8:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !