Culture

Pierre Bouteiller, décès d’une grande voix de radio

Pendant plus de trente ans, Pierre Bouteiller a animé à la radio des émissions mythiques. Réputé pour sa voix, son érudition, son humour et son célèbre « bonjour », ce passionné de jazz est décédé à l’âge de 82 ans.

L’animateur Pierre Bouteiller, considéré comme une grande voix de la radio par ses pairs, est décédé à l’âge de 82 ans, dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 mars à Paris.

Il est parti cette nuit en écoutant du jazz, on lui a mis du Oscar Peterson, il adorait ce pianiste.

A annoncé à l’AFP, Thierry, l’un de ses fils, expliquant qu’il était « diminué ces derniers temps ».

Une vie de radio

Son père ayant fait carrière à la Banque de France, la famille le suit partout dans ses mutations à travers la France.

Ainsi, Pierre Bouteiller et son frère, grands auditeurs de la radio, deviennent des passionnés de musique et pratiquent tous les deux le piano. Pourtant, Pierre Bouteiller trouve le solfège « assommant » et choisit d’être un pianiste dilettante.

Installé à Paris, il répond à une petite annonce de la station Europe 1. Il présente sa candidature pour un concours, la Coupe des reporters. Il le remporte, arrivant ex æquo avec Philippe Labro. Et tous deux gagnent le droit d’être stagiaires. Progressivement, il se spécialise dans les sujets culturels.

En 1968, il anime une émission culturelle quotidienne, Je sors pour vous.

Cependant, il sera renvoyé quelques mois plus tard après avoir diffusé un gag dans lequel Henri Tisot imite le général de Gaulle.

Il est alors embauché à France Inter. Puis, dans la décennie qui suit, il présente plusieurs émissions quotidiennes : Embouteillage, Le magazine de Pierre Bouteiller, Au bénéfice du doute, Comme de bien entendu. Son équipe repère les nouveaux talents de la scène artistique des années 1970.

De 1981 à 1982, il s’oriente vers la télévision où il est nommé directeur des variétés de TF1. De retour à la radio en 1982, il présente sur France Inter, Le Masque et la Plume, et succède ainsi à François-Régis Bastide. Il entend alors élargir les thèmes de l’émission à la chanson, la mode et la musique.

Sa dernière émission à France Inter, Quoi qu’il en soit, remonte au 2 avril 1999. Mais il avait continué à travailler sur TSF Jazz jusqu’à il y a encore deux ans.

Une pluie d’hommages

De nombreuses personnalités du monde de la culture et des arts ont salué la mémoire de Pierre Bouteiller.

Ainsi, pour la ministre de la Culture, Audrey Azoulay :

Pierre Bouteiller a complètement renouvelé la manière de s’adresser aux Français. Pierre Bouteiller incarnait cette liberté de ton, cette irrévérence, qui font désormais de la radio un média si populaire et apprécié des Français.

De son côté, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a salué « un homme à la voix veloutée» avec «une qualité d’intervieweur exigeant autant qu’élégant».

L’élégance était en effet sa marque, l’humour sa signature.

L’ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira se montre particulièrement inspirée pour évoquer la mémoire de Pierre Bouteiller. Sur son compte Twitter, elle a écrit :

Enfin, au sein des différentes radios pour lesquelles il avait travaillé, les hommages ont été particulièrement nombreux.

Publié le samedi 11 mars 2017 à 9:44, modifications samedi 11 mars 2017 à 9:44

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top