Culture

Louvre : un crowdfunding pour acquérir le livre de prière de François Ier

Pour acquérir le livre de prières de François Ier, le musée du Louvre compte une nouvelle fois sur l’opération “Tous mécènes”. Le propriétaire de l’objet d’art demande 10 millions d’euros.

Relié d’or et serti de turquoises et de rubis, le livre de prières de François Ier est passé dans les mains du roi de France il y a plus de 500 ans. Aujourd’hui, ce joyau d’orfèvrerie et d’enluminure de la Renaissance est considéré comme un objet d’art à part entière.

Un collectionneur londonien le vend 10 millions d’euros

Même si l’objet est actuellement exposé au Louvre, il n’appartient cependant pas au Musée. En effet, l’heureux propriétaire est un collectionneur anglais qui accepte de céder le livre pour 10 millions d’euros.

Or, la somme demandée “sans équivalent dans les collections françaises et étrangères”, représente pas moins du double du budget annuel d’acquisition du Louvre qui est de 5,2 millions d’euros. Le groupe LVMH, fournira la moitié de la somme demandée par le propriétaire.

Je remercie LVMH d’avoir dit oui à cette aventure très ambitieuse pour que cet objet redevienne une icône du musée du Louvre

A déclaré Jean-Luc Martinez, le directeur du musée du Louvre.

Néanmoins, pour finaliser l’acquisition, le Louvre compte sur l’opération “Tous mécènes”. L’objectif de cette dernière étant de récolter un maximum de dons venant des français. Sur son site, l’opération annonce déjà que plus de 1 000 donateurs ont déjà participé à l’acquisition du chef-d’œuvre exceptionnel.

Un missel d’exception

Sur France 2, Jean-Luc Martinez, le directeur du musée du Louvre, rappelle la valeur de l’objet.

Le livre d’or de François Ier, est finalement un miracle. La plupart des œuvres du trésor royal de l’époque de François 1er ont disparues. Savoir que cet objet a survécu, a traversé des siècles, qu’il a été commandé aussi ici au Louvre, par ce roi auquel le Louvre doit tant…

De fait, ce livre, est l’un des seuls témoignages encore existants des biens de la dynastie des Valois disparus à la fin du 16e siècle.

Le livre d’heures se distingue par sa provenance exceptionnelle. Ce manuscrit a connu une histoire extraordinaire en passant par les mains de François Ier, d’Henri IV, du Cardinal Mazarin, avant de prendre le chemin de l’Angleterre au début du 18e siècle

Ajoute-t-il.

Le manuscrit de petit format (8,5 cm de hauteur sur 6,5 cm de largeur), a été acquis par François Ier en 1538. Classé “œuvre d’intérêt patrimonial majeur”, l’objet est actuellement exposé jusqu’au 15 février prochain au Musée du Louvre dans le cadre de l’exposition “François Ier et l’art des Pays-Bas”.

Publié le jeudi 26 octobre 2017 à 12:47, modifications jeudi 26 octobre 2017 à 12:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !