Culture

L’oreille coupée de Vincent van Gogh : une partie du mystère expliquée

Un document retrouvé dans les archives américaines apporte de nouvelles révélations sur la célèbre mutilation du peintre hollandais.

Aussi célèbre que la surdité de Beethoven, l’oreille coupée du peintre Vincent van Gogh continue de susciter le mystère. Le 24 décembre 1888, l’un des évènements les plus connus de la vie de l’artiste préfaçait déjà de ses sérieux troubles psychiques.

En effet, ce jour là, Vincent van Gogh se coupe l’oreille à Arles. Depuis, tous les historiens de l’art ne cessent de s’interroger : blessure après un combat ou geste volontaire ? S’agit-il seulement d’un bout du lobe ou de la totalité de l’oreille ?

Pour ce dernier mystère, un document inédit vient accréditer la thèse de la seconde hypothèse.

En effet, une note médicale retrouvée dans des archives américaines a révélé un croquis de l’oreille en question. Le dessin a été esquissé par Félix Rey, un contemporain de Vincent van Gogh et médecin à l’hôpital d’Arles. A en croire la représentation, ce n’est pas uniquement le lobe qui a été sectionné mais l’oreille dans sa totalité.

A l’origine de cette découverte, il y la chercheuse irlandaise, Bernadette Murphy. Cette dernière a pu déterminer que le peintre avait offert cette partie de son anatomie à une prostituée.

Elle avait une terrible cicatrice sur le bras due à une morsure de chien. Je pense qu’il a voulu lui faire don de sa chair.

A expliqué Bernadette Murphy au Telegraph.

C’est justement cet indice qui aurait permis de retrouver le croquis de l’oreille du peintre torturé dans les archives américaines.

Pourtant, une autre voix s’est élevée pour affirmer que ce document n’était pas crédible et que seul le lobe avait été tranché. Ainsi, pour l’historien Steven Naifeh, dans un mail envoyé au New-York Times, ce dessin n’est pas une preuve. Il rappelle, en effet, que la belle-sœur de Vincent van Gogh ainsi que l’artiste peintre-paysagiste Paul Signac avaient mentionné que seule une partie de l’oreille avait été coupée. Pour preuve, tous deux avaient précisé qu’il était possible

ne pas apercevoir les dommages si on regardait le peintre de face.

Ainsi, le document du médecin arlésien, Félix Rey, sera présenté pour la première fois au musée Vincent van Gogh d’Amsterdam. Il sera visible par le public dès le 15 juillet dans une exposition temporaire intitulée Au bord de la folie. La rétrospective s’attachera à retracer la dernière période de la vie du peintre, qui s’étend de l’incident de l’oreille coupée en 1888 jusqu’à la fin de sa vie le 29 juillet 1890.

Le mystère sur la cause de cette mutilation reste donc entier ? Certains avancent l’hypothèse d’un duel au sabre avec Paul Gauguin qui se serait mal terminé. D’autres mettent en avant les troubles mentaux de Vincent van Gogh vers la fin de sa vie. Le peintre se serait mutilé dans un coup de folie avant de mettre fin à ses jours avec un pistolet le 29 juillet 1890.

Publié le samedi 16 juillet 2016 à 8:45, modifications samedi 16 juillet 2016 à 9:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !