Culture

La restauration ratée d’une sculpture Espagnole va vous rappeler quelque chose

Le coup de pinceau de trop

Une nouvelle fois, la restauration d’un “spécialiste” Espagnol fait parler d’elle. Au plus grand désarroi des conservateurs et autorités du pays…

Quelques années après la célèbre restauration ratée du Christ de la Borja, un nouveau restaurateur a voulu exprimer son âme d’artiste. C’est en Espagne, dans la ville de San Miguel en Navarre que les faits se sont déroulés.

“Nous ne pouvons tolérer d’autres affronts à notre patrimoine culturel”

C’est une sculpture de Saint-Georges qui a subit un dramatique coup de jeune à San Miguel. En effet, l’effigie en bois s’est vu “restaurée” ce mercredi 27 juin par un atelier spécialisé dans l’art et l’artisanat pour enfants. La statue âgée de 500 ans est celle de Georges de Lydda, saint-patron de la chevalerie chrétienne et martyr du IVe siècle. Allégorie du triomphe de la foi chrétienne sur le Mal, le chevalier est représenté en armure en train de combattre un dragon.

Désormais plus proche de Tintin selon le New York Times, ou encore d’un personnage Pixar selon les réseaux sociaux, le sublime de la statue n’a pas survécu aux mains du “spécialiste” vraisemblablement peu expérimenté. L’œuvre revendique maintenant une peau de bébé, une armure grossière aux teintes vives et un regard éberlué. Une véritable honte pour l’ACRE, association des conservateurs et restaurateurs d’Espagne.

Nous ne pouvons tolérer d’autres affronts à notre patrimoine culturel. […] Cela illustre un manque effarant de formation normalement requise pour ce type de travail.

a déclaré l’ACRE dans un communiqué ce mercredi 27 juin 2018.

La mission initiale n’était qu’un “simple nettoyage”

La statue du XVIe siècle présentait en effet des fêlures en plusieurs endroits et des couleurs effacées par le temps. Cependant, les autorités paroissiales de l’Eglise San Miguel affirment n’avoir fait appel à ces artisans que pour un “simple nettoyage”. Sans consultation au préalable de la mairie, l’atelier “spécialisé dans les arts” a pu aisément faire son œuvre. Pour un résultat des plus catastrophiques.

Ce n’était pas le genre de restauration appropriée pour cette statue du XVIe siècle

a conclu le maire.

Ils ont utilisé du plâtre et une mauvaise peinture, et il est possible que les couches de peinture d’origine aient été perdues

Face à ce désastre, de véritables experts ont été réquisitionnés pour tenter de sauver l’œuvre.

Publié le jeudi 28 juin 2018 à 16:34, modifications jeudi 28 juin 2018 à 16:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !