Culture

Les journalistes de moins en moins nombreux en France, la presse écrite toujours en crise

La 10ème édition des Assises du journalisme s’est déroulée du 15 au 17 mars dernier dans la ville de Tours. Jean-Marie Charon, sociologue spécialiste des médias, a présenté à cette occasion un baromètre social annuel de l’emploi des journalistes en 2016.

Comme chaque année, le sociologue Jean-Marie Charon a donc présenté son rapport aux assises du journalisme à Tours. Ce document dresse un constat sur la profession et l’exercice du métier de journaliste dans l’Hexagone.

Le constat pour l’année 2016 sur la réalité du métier de journaliste

Le bilan de l’année écoulée s’avère étonnamment plus optimiste. De nombreuses rédactions web et des portails Internet d’information se développent. La disparition de rédactions et de certains médias viennent malgré tout ternir le bilan de l’an dernier pour la profession. Les chiffres sur le nombre de journalistes titulaires continuent également de dégringoler inexorablement. Des plans de départs volontaires se sont effectivement multipliés ces derniers mois, en 2016.

Le point sur le nombre de journalistes titulaires de la carte de presse

Selon le rapport de Jean-Marie Charon, à la fin de l’année 2016, la France comptait 35 238 journalistes titulaires de la carte de presse. Ce chiffre est en chute libre. Cela fait 690 professionnels de moins qu’en 2015. Ces chiffres publiés dans le rapport sont issus des données officielles communiquées par la Commission de la carte (CCIJP).

Parmi les journalistes détenteurs du précieux sésame, plus d’un quart travaillent dans un statut précaire (les pigistes et les demandeurs d’emploi). Un peu moins de la moitié (46%) des journalistes titulaires de la carte de presse sont des femmes selon cette étude.

Les journalistes de demain et les marchés porteurs

Selon ce rapport, le profil des nouvelles recrues en journalisme ou dans les médias change. Les postulants doivent disposer de compétences multi-supports. Une fois embauchés, ils n’auront pas forcément le statut officiel de journaliste et les avantages qui vont avec.

Les rédactions web et les portails d’informations sur Internet, les pure players, continuent leur développement et leur ascension. Les principaux leaders du secteur se portent bien. D’après les chiffres de l’étude, la rédaction de Médiapart emploie ainsi 45 journalistes en CDI et le Huffington Post compte 30 journalistes en CDI notamment.

Un bilan mitigé ?

Le constat global sur l’année 2016 est paradoxal. Il pourrait s’apparenter à la théorie et à la vision du verre à moitié plein ou à moitié vide. Le secteur des médias a en effet connu un nombre important de dépôts de bilans. Les disparitions de titres, de rédactions ou de journaux, principalement dans la presse écrite, se sont multipliées. Les exemples sont nombreux en 2016 : Pariscope, Terra Eco, La Libération du Comminges. Dans le même temps, de nouvelles rédactions font leur apparition. Un certain nombre de créations de titres de presse sont intervenues en 2016 et 2017, principalement sur Internet. Mediacités, Explicite, America, Les Jours, Twenty, Mellow, la relance de Têtu ou la sortie d’une version française de Playboy font partie de ce renouveau dans les médias ces derniers mois.

 

Article publié le dimanche 26 mars 2017 à 8:25, modifications vendredi 24 mars 2017 à 22:57

Participer

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Poster un Commentaire
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Minutenews.fr Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
wpDiscuz

Vidéo relative

Vers le top