Culture

Un dessin de Klimt retrouvé dans le placard d’une ancienne secrétaire

Un dessin du peintre autrichien Gustave Klimt retrouvé dans un placard après avoir fait office de pot-de-vin.

Le décès d’une ancienne secrétaire du Musée Neue Galerie Der Stat Linz , a permis de retrouver un dessin de Gustave Klimt, célèbre auteur du Baiser, disparu depuis bientôt 50 ans.

Un pot-de-vin audacieux

La secrétaire du Musée récemment décédée a renseigné dans son testament l’histoire invraisemblable de ce dessin resté dans l’ombre. Dans les années 1960, alors qu’elle travaillait à la Neueu Galerie Der Stat Linz,  elle a remarqué certaines irrégularités dans des documents associés à des œuvres. Il s’agissait de 4 œuvres appartenant à la collectionneuse et artiste Olga Jäger. Le dessin de Klimt, “Zwei Liegende”Deux silhouettes allongées – ndlr) était l’un d’eux. Les 3 autres étaient des créations d’ Egon Schiele, célèbre artiste autrichien. Communiquant ses inquiétudes au sujet de ces irrégularités à son patron, Walter Kasten, elle s’attendait à tout sauf à se voir offrir un pot-de-vin. Et quel pot-de-vin! Pour s’assurer de son silence, le directeur du Musée lui remit le dessin de Gustave Klimt. On peut y voir  sur deux plans, différents deux silhouettes étendues.

Une collection privée distillée

Cette oeuvre ainsi que les trois autres dessins de Schiele étaient portés disparus depuis plusieurs années. En 1965, l’artiste Olga Jäger mourut, n’ayant jamais récupéré ses biens. En 1990, ses héritiers demandèrent la restitution de ses œuvres: le dessin de Klimt, une aquarelle de Schiele nommée “Junger Mann“, une peinture à l’huile, “Tote Stadt” ainsi qu’un dessin intitulé “Paar“. Malheureusement, aucun membre du personnel du Musée, aujourd’hui renommé  Musée Lentos, ne semblait avoir connaissance de celles-ci.

Le problème lié à cette disparition est double. Non seulement d’un côté la famille héritière de Jäger se retrouve lésée dans leur collection artistique, mais également dans leur patrimoine. Ces biens sont d’une valeur historique et artistique incomparable. Financièrement, elles représentent également un investissement à forte valeur. Pour cette raison, plus de 8 Millions d’euros ont été versées aux héritiers en dédommagement de la disparition.

Entre histoire de l’art et économie

Ce dédommagement s’explique par la perte financière occasionnée par l’absence de ces biens. En effet, il ne faut pas oublier que les œuvres, particulièrement d’artistes aussi important que ces deux là, s’inscrivent dans un marché international à l’impact grandissant. En cette époque où de nombreux investisseurs voient le jour, et où de plus en plus d’œuvres refont surface au sein de célèbres ventes aux enchères, la valeur des créations artistiques n’est plus qu’historique ou sentimentale mais également économique. Pensons notamment à cette peinture de Picasso redécouverte et bientôt mise aux enchères qui attise la curiosité tant par son originalité que par le peu de fois où elle a été exposée.

Les 8 Millions d’euros représentent donc, à partir d’une estimation de la valeur des objets, le montant qu’auraient pu toucher les héritiers en exposant ou vendant ces œuvres. En effet, les créations n’étant plus en leur possession, il y avait alors comme un trou dans leur patrimoine. Le problème actuel concerne la possession de ce dessin retrouvé. Alors que ce dessin vient d’être retrouvé, les héritiers ont décidé de retourner au tribunal au sujet de la possession de celui-ci. Si le dédommagement a été effectué pour combler la disparition du patrimoine, le dessin peut-il toujours leur appartenir? L’état est-il à présent officiellement possesseur de ce dessin? Seuls les juges en décideront.

 

 

 

Publié le samedi 24 février 2018 à 16:17, modifications samedi 24 février 2018 à 11:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !