Culture

L’actrice Danielle Darrieux, la « fiancée de Paris », est décédée à l’âge de 100 ans

Danielle Darrieux, l’actrice de légende, est décédée à l’âge de 100 ans.

Danielle Darrieux, l’actrice française qui avait fêté ses 100 ans le 1er mai dernier est décédée mercredi 18 octobre dans sa demeure de Bois-le-Roy, dans l’Eure.

C’est Françoise Van Wittenberghe, la présidente des Amis du Patrimoine de Bois-Le-Roy et citée par PurePeople, qui l’a annoncée. Selon son entourage, elle n’était « plus en mesure de se déplacer ».

Celle que l’on surnommait « La fiancée de Paris » représentait l’incarnation de l’élégance à la française.

Début au cinéma à 14 ans

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux en Gironde, Danielle Darrieux, a été l’inoubliable partenaire de Jean Gabin dans La Vérité sur Bébé Donge (1953) ou de Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir (1954). Élevée dans une famille de mélomane, l’actrice et chanteuse, dont la moue boudeuse faisait la joie des photographes, avait aussi tourné aux États-Unis. Notamment dans L’affaire Cicéron de Joseph Mankiewicz, en 1952.

Ainsi, Danielle Darrieux a eu une carrière aussi longue que prolifique. En effet, elle compte pas moins de 80 années dans le cinéma. Depuis Le Bal, son premier film dans lequel elle a joué dès l’âge de 13 ans en 1931, elle a enchaîné les longs-métrages. Plus récemment, elle avait tourné Huit Femmes en 2001. Elle y donnait la réplique à Catherine Deneuve qui dira d’elle :

C’est la seule femme qui m’empêche d’avoir peur de vieillir.

Icône du cinéma d’avant-guerre

Symbole de glamour, Danielle Darrieux fut une « coqueluche d’avant-guerre ». Le succès mondial de Mayerling lui a ouvert les portes d’Hollywood. Après avoir signé un contrat de 7 ans avec les studios Universal, elle a tourné The Rage of Paris (La coqueluche de Paris) avec Douglas Fairbanks Jr, en 1938.

Or, « La fiancée de Paris » a eu une vie sentimentale épique et riche en rebondissements. Mariée en 1935 au cinéaste Henri Decoin, Danielle Darrieux s’est lassée rapidement des Etats-Unis. Elle est alors revenue en France. Elle a divorcé en 1941 et s’est remariée en 1942 avec le diplomate milliardaire et play-boy dominicain Porfirio Rubirosa.

En outre, l’actrice n’a pas cessé de jouer en France sous l’Occupation. Ainsi, elle a tourné pour la Continental, la société de production allemande installée à Paris.

Or, elle a fait partie du fameux voyage à Berlin en 1942 avec d’autres acteurs français. « Femme amoureuse », selon ses mots, elle avait admis avoir accepté cette invitation pour voir Porfirio Rubirosa. Celui-ci, soupçonné d’espionnage, venait d’être arrêté par les Allemands. Par conséquent, Danielle Darrieux a terminé la fin de la guerre en résidence surveillée à Megève.

Elle s’est mariée à nouveau en 1948 avec le scénariste Georges Mitsinkidès. Elle a dès lors commencé une seconde carrière, notamment dans Madame de… et La Ronde de Max Ophüls.

Dans les années 1970, elle a enchaîné les films à succès : Les Demoiselles de Rochefort, Le cavaleur, entre autre. À la scène, elle a triomphé à Broadway en 1971 dans une comédie musicale sur Coco Chanel. En 2003, elle a interprété seule sur scène Oscar et la dame rose, d’Eric-Emmanuel Schmitt. Son jeu lui a valu un Molière de la meilleure comédienne.

Les obsèques de Danielle Darrieux auront lieu mardi 24 octobre en l’église de Bois Le Roy.

Publié le jeudi 19 octobre 2017 à 11:47, modifications jeudi 19 octobre 2017 à 11:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !