Culture

La Française Audrey Azoulay a été élue directrice générale de l’Unesco

Audrey Azoulay a été choisie par le conseil exécutif pour être ensuite élue, dans un mois, directrice générale de l’Unesco.

La Française Audrey Azoulay a finalement été préférée aux autres candidats pour prendre la direction générale de l’Unesco.

En effet, l’ancienne ministre de la culture a été élue vendredi 13 octobre pour un mandat de quatre ans à la tête de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

Elue à deux voix près

Ainsi, la candidature française a recueilli 30 voix contre 28 pour le Qatar, selon les résultats officiels.

Lors d’un vote intermédiaire en début d’après-midi, les 58 membres du conseil exécutif de l’Unesco avaient préféré la Française Audrey Azoulay à l’Egyptienne Moushira Khattab. Avec 31 voix contre 25 (deux votes blancs).

Elle devait donc ensuite affronter le Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari à l’ultime tour de scrutin.

Cette élection doit être encore validée par la conférence générale des États membres qui se tiendra le 10 novembre prochain.

La seconde femme à ce poste

Ainsi, Audrey Azoulay, âgée de 45 ans, succède à la Bulgare Irina Bokova.

Celle-ci avait été la première femme à diriger l’organisation onusienne basée à Paris. L’Unesco est essentiellement connue pour son classement des sites remarquables de la planète au patrimoine mondial.

Fille d’André Azoulay, un des conseillers des rois du Maroc Hassan II et Mohamed VI, elle a été magistrate à la Cour des comptes après avoir occupé plusieurs fonctions à la direction des médias du ministère de la culture.

Elle était entrée au Centre national du cinéma (CNC) comme directrice financière en 2006. Avant de devenir, de 2011 à 2014, la numéro deux de cet organisme en charge du système d’aide à la création cinématographique. Amie de l’actrice Julie Gayet, Audrey Azoulay a ensuite conseillé le président François Hollande sur les questions culturelles depuis août 2014, nommée en pleine crise des intermittents du spectacle.

De nouveaux défis

Cependant, l’ancienne ministre de la Culture de François Hollande aurait pu rêver d’un contexte plus léger pour sa victoire.

En effet, l’Unesco vit un chapitre difficile de son histoire avec les départs annoncés des Etats-Unis et d’Israël. Au moment où la Française Audrey Azoulay prend sa direction, l’organisation onusienne pour la culture, la science, l’éducation apparaît comme un cénacle géopolitique loin de ses objectifs premiers.

Ainsi, la candidate de la France, forte de son parcours professionnel dédié à la culture, va pouvoir engager les chantiers essentiels qu’elle a portés pendant sa campagne.

Audrey Azoulay a par ailleurs fait savoir que la « première chose à laquelle elle s’attacherait » serait « de restaurer la crédibilité » de l’organisation. Mais aussi « la confiance des Etats membres »

Elle a estimé que :

L’Unesco traverse une crise profonde. Face à ces difficultés, la France a décidé non pas de la quitter, mais de s’y investir davantage. Nous croyons à la puissance de l’éducation, de la culture et des sciences, à la défense des libertés. Et des droits de l’homme. Ma candidature va dans ce sens. Restaurer la centralité des enjeux de l’Unesco, sa crédibilité et son efficacité.

Publié le samedi 14 octobre 2017 à 20:31, modifications samedi 14 octobre 2017 à 20:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !