Ciné

Star Wars : James Gunn défend Rian Johnson et s’en prend violemment aux fans hardcore

Fatigué des débats stériles autour du dernier volet de la saga Star Wars, le réalisateur des Gardiens de la Galaxie s’est lâché sur Twitter.

Depuis sa sortie en Décembre 2017, l’épisode VIII de la saga Star Wars ne cesse de faire parler de lui. Il divise, fait débat et met dans une grande colère une bonne partie des fans qui eux-mêmes mettent une autre bonne partie des fans en colère. Une vraie guerre s’est alors déclenchée sur les réseaux sociaux où les pétitions contre le dernier volet, réalisé par Rian Johnson, fleurissent. Les fans se déchirent et s’opposent bien que la majeure partie d’entre eux sont d’accord pour dire que le long-métrage est un naufrage.

Ce qui pose surtout problème ce n’est pas le film en lui-même mais les comportements toxiques de certains fans qui iront jusqu’à vouloir faire disparaître le film, le tourner de nouveau ou pire encore harceler l’actrice Kelly Marie Tran qui incarne Rose Tico dans Les Derniers Jedi, qui a dû faire face à des agressions racistes. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour une autre partie de la fanbase qui s’oppose à ces comportements blessants et problématiques.

Seulement voilà, malgré le mécontentement de beaucoup, certains ne sont décidément pas convaincus que leur comportement peut avoir des répercutions sur les vies des acteurs et des actrices. C’est pourtant ce que l’acteur Ahmed Best, l’acteur qui a interprété le personnage de Jar Jar Binks dans la prélogie, a déclaré avoir eu des pensées suicidaires suite à acharnement médiatique et public qu’il a reçu après la projection des films.

Quand la réalité rattrape la fiction et inversement

L’acharnement que subissent ces acteurs et actrices dépassent parfois les frontières des écrans. Ahmed Best qui souffre encore de ce qu’il a subit vingt ans plus tard, déclare être souvent arrêté en pleine rue par des gens qui lui disent qu’il a gâché la saga et qu’il a, par la même occasion gâché leur enfance. Une frontière invisible entre la fiction et la réalité qui pourtant est bien réelle : un personnage n’existe pas, contrairement à la personne qui l’incarne.

Malheureusement, à l’heure où les réseaux sociaux prennent une grande place dans la liberté d’expression, ces acharnement réalisés sans filtre par des fans « hardcore » commencent à sérieusement inquiéter et à faire perdre patience.

S’en fut également trop pour James Gunn, le réalisateur du Volume 1 et du Volume 2 des Gardiens de la Galaxie. Le réalisateur américain qui s’exprime assez souvent sur son compte Twitter, a répondu, le 6 juillet dernier, à un post médiatique reprenant celui de Ahmed Best :

 

 

« Star Wars (ou n’importe quel autre film) est peut être important pour vous, mais cela ne veut pas dire qu’il vous appartient. Si votre estime de vous-même dépend de la qualité que vous trouvez à un Star Wars, ou que votre enfance s’en trouve ruinée parce que quelque chose ne vous plaît pas dans un film, allez suivre une thérapie.  »

Le message est passé et on espère que les concernés sauront l’entendre.

Cet article a été vu pour la premiere fois sur Cineserie.com

Publié le jeudi 12 juillet 2018 à 17:39, modifications jeudi 12 juillet 2018 à 16:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !