Ciné

La résurrection du Christ : Mel Gibson s’attaque à Jésus 2 le retour

Non, ça n’est pas un nouveau sketch des Inconnus, mais bien un nouveau projet pour Mel Gibson. Après La passion du Christ sortie en 2004, qui traitait de la crucifixion de Jésus, le réalisateur américain évoque cette fois-ci la résurrection du Christ.

Il devrait produire le film et le réaliser et c’est Randall Wallace (Braveheart) qui va écrire le scénario. Difficile néanmoins pour Mel Gibson de faire mieux que les comiques français avec l’image de Didier Bourdon qui se bande les mains en disant « Maintenant ça va chier !».

Un premier film qui avait rapporté gros malgré les polémiques

Le premier opus avait provoqué plusieurs polémiques concernant sa violence, sa vision de l’Évangile qui tangue vers l’antisémitisme et le choix de tourner en araméen et en latin. Ainsi, sous la pression des manifestations d’indignations, Mel Gibson avait dû couper une réplique qui parlait du sang du Christ qui devait rester sur les mains des Juifs et de leurs descendants. Mais pour le réalisateur américain, cela avait constitué un pari gagnant avec un très gros profil à l’arrivée. Ainsi, La passion du Christ avait coûté 30 millions de dollars et en avait rapporté 611. À l’époque, les grands studios avaient fait le choix de ne pas produire ce film. Étant donné l’ampleur du bénéfice, pas certain qu’ils restent sur la même position. En effet, au niveau mondial, le public catholique représente un marché extrêmement rentable et nombreux.

Une recette qui marche

Pour ce deuxième volet, tout laisse à penser que Mel Gibson reprendra les mêmes ingrédients qui lui avaient réussi précédemment. C’est Jim Caviezel qui devrait rempiler. Dans une interview à USA média, l’intéressé confirme qu’il reprend le rôle de Jésus Christ dans la résurrection. Mieux encore, d’après lui, ce sera

Le film le plus important de l’histoire… Il y a des choses dedans dont je ne peux pas parler, mais qui vont choquer le public.

Caviezel est une figure reconnaissable pour le public visé puisqu’il joue l’évangéliste Luc dans le drame religieux Paul, Apostle of Christ produit par les studios chrétiens Affirm Films.

De plus, Mel Gibson a depuis réalisé Apocalypto (2006) et Tu ne tueras point (2016). Nul doute que dans ce type de film, Gibson saura s’y prendre, ayant connaissance de son audience. 

Des éléments moins catholiques qu’ils n’y paressent

Si Mel Gibson semble habité par l’envie de raconter des histoires divines, l’image qu’il donne à voir dans la rubrique fait divers ne se rapproche pas de celle d’un saint homme. En effet, l’acteur américain avait été black-listé par Hollywood, et il avait par moment fait parler de lui pour violences conjugales, conduite en état d’ivresse et déclarations haineuses.

De plus, les motivations de ce nouveau film peuvent raisonnablement laisser penser à des appas du gain plutôt qu’à un appel divin. Les voix du seigneur sont impénétrables, mais elles peuvent rapporter gros.

Cet article a été vu pour la premiere fois sur Cineserie.com

Publié le samedi 3 février 2018 à 12:23, modifications samedi 3 février 2018 à 11:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !