Ciné

James Cameron en a assez des films de super-héros

Le réalisateur de 63 ans James Cameron souhaite voir les audiences des films de super-héros s’essouffler peu à peu. Explications !

On ne le présente plus… Terminator (1984), Aliens, le retour (1986), Abyss (1989), Terminator 2 : le Jugement dernier (1991), Titanic (1997) ou encore Avatar (2009). L’homme bat des records avec Titanic (resté pendant onze ans le plus gros succès au box-office mondial) et Avatar (plus grand succès au box-office mondial également). Avec des budgets renversants (200 millions pour le premier et le double pour le second) et des recettes d’autant plus colossales, Cameron est un maître du film incontournable !

James Cameron avec Kate Winslet et Leonardo Dicaprio

Son avis sur les super-héros

Autant les fans du genre pourraient craindre la fin des Marvel après la sortie de Avengers 4, autant James Cameron espère que l’engouement pour les films de super-héros ralentisse quelque peu. Et il s’agit tout de même là du souhait de l’un des hommes les plus bankable d’Hollywood ! C’est au cours d’une interview pour IndieWire que Cameron a laissé entendre qu’il était temps pour les audiences de muter. Selon lui, les super-productions de super-héros sont quelque peu exagérées, issues de comics un brin macho… De quoi énerver ou choquer les plus férus d’entre nous !

J’espère que les gens se lasseront peu à peu des Avengers. Non que je n’aime pas ces films, c’est simplement qu’il faut bien avouer qu’il y a tant d’autre histoires à raconter ! Des hommes sans familles qui luttent contre la mort pendant deux heures et détruisent des villes sur leur chemin ça va un moment.

Cameron boit la tasse

Ce n’est pas la première fois que Cameron s’exprime au sujet des films de super-héros. Il semble en avoir soupé de ce qui, pour lui, commence à dériver (pensées pour son Titanic oblige !). Pas plus tard que l’an passé, notre homme avait déclaré que selon lui, Wonder Woman était un film anti-féministe qui rendait les femmes à l’état d’objets. L’objet de sa critique justement : Diana Prince, alias Wonder Woman elle-même (Gal Gadot). Cameron avait ainsi déclaré à The Guardian :

Tous ces gens qui se félicitent et se tapent dans le dos à Hollywood au sujet de Wonder Woman, c’est complètement déplacé. C’est une icône traitée comme un objet (Diana Prince), et c’est le Hollywood masculin qui fait comme d’habitude. Je ne dis pas que je n’ai pas aimé le film mais pour moi, c’est un pas en arrière.

Le réalisateur a ainsi fait le lien avec Sarah Connor (Linda Hamilton) dans les deux premiers Terminator.

Sarah n’était pas une icône de beauté ! Elle était forte, complexe et c’était une très mauvaise mère. Elle obtenait le respect des spectateurs grâce à sa force de caractère et son courage.

Jenkins à la barre

La réalisatrice Patty Jenkins n’avait pas du tout mais alors pas du tout apprécié ces remarques ! En effet, le film avait été très bien reçu par la critique et justement salué pour son message féministe.

Après avoir remercié Cameron pour ses compliments sur son film Monster, avec pour héroïne Charlize Theron, Jenkins a rétorqué qu’il n’existait pas de modèle de femme forte. Selon elle, son détracteur n’était pas parvenu à comprendre Wonder Woman et sa signification pour les femmes. Bien qu’un cinéaste de grand talent, Cameron n’est en effet pas une femme. Et selon la réalisatrice, il n’a pas su les comprendre sur ce coup-là !

Patty Jenkins et Gal Gadot

Si les femmes doivent toujours être dures et torturées pour être fortes, alors nous n’avons pas fait beaucoup de progrès. Idem si l’on n’a pas le droit d’avoir plusieurs facettes. Ou encore de célébrer une icône pour les femmes parce qu’elle est séduisante et aimante.

La suite des évènements

Le futur gros projet de Cameron est Avatar 2, prévu à sortir le 16 décembre 2020. Notre homme prévoit d’ailleurs quatre suites à ce succès retentissant, qu’il a comparé au Parrain. Parallèlement à cela, le réalisateur a lui-même interviewé six des plus grands noms de la science-fiction pour le docu-série d’AMC Visionaries : James Cameron’s Story of Science Fiction, qui débutera fin avril.

Guillermo del Toro, George Lucas, Christopher Nolan, Arnold Schwarzenegger, Ridley Scott, Will Smith ou encore Steven Spielberg ont ainsi livré leur opinion sur le genre cinématographique. C’est ainsi que Cameron donnera son avis sur l’aspect évasion rigolote des Gardiens de la Galaxie et scientifiquement responsable de Interstellar. Il sera fort intéressant de découvrir à quel niveau le réalisateur place ses propres films !

Il semblerait en tous les cas que Cameron soit bien trop pris dans la suite d’Avatar pour suivre les tendances actuelles. Raison de son indigestion pour les films de super-héros ! Et vous, à deux jours seulement de la sortie d’Infinity War, que pensez-vous de son opinion quelque peu revancharde ?

Cet article a été vu pour la premiere fois sur Cineserie.com

Publié le mardi 24 avril 2018 à 18:15, modifications mardi 24 avril 2018 à 18:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !