Ciné

Cinéma : Françoise Nyssen veut promouvoir la parité par un bonus financier

Françoise Nyssen a fait part de sa volonté de réduire les inégalités de poste dans le cinéma en instaurant un quota. Avec à la clé un bonus pour les productions qui donneraient des responsabilités aux femmes.

En mai dernier, lors du Festival de Cannes, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, avait évoqué l’institution des Assises de la Parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma français. L’objectif étant d’encadrer plus étroitement les phénomènes de financement, mais aussi d’accès aux postes dans l’audiovisuel. Ainsi, organisées par le collectif 50/50, ces assises se sont déroulées sous l’égide du CNC ce jeudi 20 septembre. Elles ont permis d’établir des premières initiatives.

Un bonus de 15%

Des six mesures, la plus frappante est sans conteste celle qui va expérimenter pendant l’année 2019 l’octroi d’un bonus aux productions qui respecteront la parité (via le fonds de soutien cinéma). Ainsi, Françoise Nyssen a annoncé la mise en place en 2019 d’un bonus de 15% dans les subventions pour les films « exemplaires en matière de parité » hommes-femmes. En outre, le bonus a vocation à disparaître « lorsque la parité sera installée ».

Je crois aux incitations financières. Quand les choses ne changent pas d’elles-mêmes, ou trop lentement, c’est à nous de les faire changer.

A expliqué la ministre de la Culture en clôture des Assises de la Parité qui se tenaient à Paris depuis mardi.

Concrètement, ce bonus à hauteur de 15% pourra être attribué aux films dont les équipes ont des femmes à des postes-clés. Un barème de huit points sera instauré avec un point si le réalisateur est une femme. Un autre point si le chef technique est de sexe féminin.

Le bonus sera ouvert dès lors que l’équipe technique totalise au moins 4 points.

A détaillé la ministre, ce qui correspondrait aujourd’hui, s’il était déjà en place, à « moins d’un film sur six ».

Selon les données du CNC, les femmes réalisatrices sont moins bien payées (environ 42%) que leurs confrères. Par ailleurs, il existe de fortes inégalités en matière de financement des films. Les femmes ayant plus de difficultés à obtenir des budgets conséquents. Les différences de traitement sont également criantes pour les métiers techniques, où les femmes sont peu représentées.

Pas de quotas de films réalisés par des femmes

Ainsi, l’idée est d’encourager par une aide financière les décideurs à former des équipes plus équitablement mixtes. Sans que les femmes ne soient dévolues à des fonctions traditionnellement genrées (scriptes, maquilleuses, cuisine) ou subordonnées. En revanche, cette charte n’impose pas en sélection de quotas de films réalisés par des femmes. À la Mostra de Venise début septembre, le cinéaste Jacques Audiard s’est indigné de la sous-représentation féminine en sélection. Il avait également dénoncé l’absence de femmes à la tête des festivals.

Déjà certaines voix s’élèvent pour mettre en garde du risque que les principales intéressées se sentent choisies d’avantage pour l’apport pécuniaire qu’elles génèrent plutôt pour leurs talents et leurs compétences

Publié le vendredi 21 septembre 2018 à 15:55, modifications vendredi 21 septembre 2018 à 11:56

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !