Dijon : entre patrimoine et ghetto de la drogue

Par Nassim Terki Publié le 31/03/2024 à 18:17
architecture de Dijon

Dijon est devenue le théâtre de violences exacerbées liées au trafic de drogue, avec plusieurs fusillades et meurtres récents.
Des points de deal très rentables attirent des trafiquants de Marseille et d'autres régions, causant une montée de la violence.
Les réseaux de drogue à Dijon se sont organisés et proposent désormais divers types de drogues, comme la cocaïne et l'héroïne.

Dijon, ville paisible au patrimoine riche, se retrouve plongée dans l'ombre inquiétante du trafic de drogue et des violences croissantes.

Alors que la Cité des Ducs est habituellement synonyme de sérénité, une série d'opérations antidrogue révèle les sombres réalités qui se cachent derrière certaines portes des Grésilles. Des points de deal prospères, attirant des mains venues de loin pour en prendre le contrôle, ont transformé cette cité bourguignonne en théâtre de fusillades et de règlements de compte sanglants.

Dijon : synonyme de violence et de trafic de drogue

Dijon, ville tranquille de 160 000 habitants, est devenue le théâtre de violences exacerbées liées au trafic de drogue. En moins d'une semaine, la police a mené la cinquième opération anti-drogue dans le quartier des Grésilles, repaire des trafiquants. Derrière une porte d'un immeuble, des tas de pierres sont découverts, potentiellement utilisés comme projectiles pour des guet-apens.

Les autorités expliquent que Dijon attire des trafiquants en raison de ses points de deal lucratifs, particulièrement prisés par des mains venues de Marseille pour tenter de contrôler le marché. Cédric Bovrisse, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police (Côte-d'Or), souligne « que la position de la ville sur un axe routier majeur entre Marseille, Lyon et Paris en fait une destination attrayante pour les trafiquants ».

Les violences ont atteint un niveau alarmant, avec des fusillades faisant des victimes innocentes, comme le décès d'un père de famille de 55 ans lors d'une fusillade en novembre dernier. Les habitants vivent dans la peur des représailles, certains préférant témoigner anonymement. Des résidents vont même jusqu'à se munir d'armes pour se protéger, mentionnant la présence d'armes à feu de poing et même d'armes de guerre dans la région.

Les réseaux de trafic de drogue à Dijon se sont professionnalisés, passant des petites ventes de cannabis aux drogues dures comme la cocaïne. Le procureur de la République de Dijon, Olivier Caracotch, souligne cette évolution en mentionnant « la présence systématique de cannabis, cocaïne et héroïne dans chaque point de deal ».

Face à cette montée en puissance du trafic de drogue et des violences qui l'accompagnent, les autorités locales doivent faire face à un défi de taille pour rétablir l'ordre et la sécurité dans la ville.

Dijon, ville paisible ou repaire de trafiquants ? Les Grésilles, une facette sombre de la Cité des Ducs

Le mois de mars a été marqué par une série de fusillades à Dijon, témoignant d'une violence extrême dans la région. Plusieurs incidents graves ont secoué la ville, rappelle France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Un jeune homme a été blessé le 13 mars dans le quartier de la Fontaine d'Ouche, suivi du meurtre d'un homme de 19 ans à Talant dans la nuit du 14 au 15 mars. Le 17 mars, un adolescent de 15 ans a été tué par balles sur un point de deal à Talant, suivi d'un guetteur blessé le 20 mars sur l'avenue Champollion. Plus récemment, le 24 mars dernier, une personne a été blessée par balles dans le quartier de la Fontaine d'Ouche.

Face à cette escalade de violence, le gouvernement a lancé l'opération antidrogue « Place nette XXL » à Dijon. Prévue pour durer trois semaines, cette initiative vise à sécuriser les quartiers sensibles de l'agglomération, notamment Les Grésilles, Fontaine d'Ouche, Stalingrad et le quartier du Belvédère à Talant

Interrogée par TF1, la mère d'une victime poignardée lors d'un règlement de compte exprime son désarroi : « Avant, on enterrait des papis, des mamies et là, j'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de jeunes qui partent. Récemment, c'est de pire en pire. On entend parler que de ça. Pourquoi Dijon ? On ne sait pas. »

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.