Découverte

On sait désormais pourquoi les gens sont plus agressifs en fin de journée

Le mystère de l’agressivité vespérale vient d’être percé à jour par une équipe de scientifiques spécialisés dans l’étude du cerveau.

Ce phénomène mystérieux est longtemps resté une énigme pour les scientifiques. En effet, beaucoup d’individus semblent être beaucoup plus angoissés et agressifs à la fin de la journée. Mais une équipe de chercheurs internationaux vient d’identifier le fonctionnement cérébral à l’œuvre derrière ce phénomène. Et contre toute attente, cette découverte pourrait même aider certains malades d’Alzheimer.

Qu’est-ce que l’agressivité vespérale ?

De nombreux individus ont tendance à devenir plus agressifs lorsque le soleil se couche. Des spécialistes du cerveau viennent de trouver l’explication de ce phénomène étrange avais une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience.

Celle-ci se base sur l’observation selon laquelle les comportements agressifs varient selon l’heure de la journée. Ainsi, Clifford Sapper, l’auteur principal de cette étude et professeur à l’université d’Harvard, affirmé s’être basé sur la courbe des délits violents en fonction de l’heure pour étayer ce constat. En effet, de nombreux comportements violents se produisent à la fin du cycle d’éveil, après le coucher du soleil. 

Les chercheurs en ont donc déduit hypothèse que l’horloge circadienne qui régule les cycles de sommeil et des veilles sont également en jeu dans les mécanismes qui produisent des comportements agressifs.

Leur étude a ensuite était conduite sur des souris mâles, chez qui l’agressivité est différente en fonction des moments de la journée. En cartographiant les zones de leur cerveau, l’équipe de chercheurs a pu prouver qu’une zone du cerveau liée à l’horloge circadienne, située niveau de l’hypothalamus, est également en cause dans la régulation de l’agressivité.

Résoudre le problème à la source

A travers cette étude, les chercheurs ont également découvert des neurones dont le rôle est d’inhiber certains comportements violents. Or, ces derniers sont plus actifs pendant la journée que la nuit. Cette découverte ouvre ainsi la voie à de nouveaux traitements qui ciblent ses neurones pour éviter l’agressivité.

Paradoxalement, celle-ci pourrait aider les malades d’Alzheimer, qui ont tendance à devenir très anxieux, déboussolés, et parfois même plus impulsifs et agressifs à la tombée de la nuit. Les scientifiques espèrent ainsi que leur travail permettra de créer un médicament capable d’atténuer ces symptômes en ciblant les neurones inhibiteurs. Et pourquoi pas, un jour, traiter les criminels violents avec ce type de médication ?

Publié le mardi 12 juin 2018 à 15:23, modifications mardi 12 juin 2018 à 13:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !