Découverte

On connaît désormais le dernier repas d’Ötzi, la célèbre momie retrouvée dans les Alpes

Le dernier repas d’Ötzi était constitué d’un mélange de viande crue et séchée, de céréales de fougères toxiques. Un régal.

La momie Ötzi, sûrement la plus célèbre jamais découverte dans les Alpes, vient de dévoiler l’un de ses mystères. En effet, des scientifiques ont analysé le contenu de son estomac pour déterminer le contenu de son dernier repas, et leur résultat est assez surprenant. 

Une découverte tardive

Ötzi est le surnom affectueux donné à une momie retrouvée entre les Alpes italiennes et autrichiennes en 1991. Le corps de cet Homo Sapiens âgé de 45 ans au moment de sa mort date de près de 5000 ans. Retrouvé dans un état de conservation impeccable en 1991, il n’a pas fini de livrer tous ses secrets. En effet, une équipe de chercheurs viennent de retrouver l’estomac de cet homme ancestral. Celui-ci s’était en effet recroquevillé et déplacé avec les années, au point de rester introuvable pendant près de 2 décennies.

Mais grâce à une série de radios très précises, des scientifiques italiens ont finalement pu le localiser en 2009. Suite à cette découverte, le contenu de l’estomac a pu être analysé avec précision à grâce à des techniques de cryptage ADN. Les molécules présentent à l’intérieur de l’organe ont également pu être analysées pour tenter de déterminer la composition du dernier repas de cet homme des glaces.

Un régime assez déséquilibré !

Les résultat de ces analyses ont finalement été publiées dans la revue Current Biology. On y apprend qu’Ötzi a consommé de la viande de bouquetin et de cerf crue et séchée ainsi que des céréales et de la peau graisseuse d’origine animale. La moitié de son dernier repas était ainsi composé de lipides, ce qui a beaucoup étonné les scientifiques. Cette alimentation se justifie toutefois peut-être par la rudesse du climat auquel il était confronté. Mais ce régime déséquilibré pourrait expliquer l’état désastreux de ses artères. En effet, Ötzi était génétiquement sujet aux maladies cardiovasculaires, une prédisposition qui aurait pu être aggravée par son régime.

Les scientifiques ont également découvert des fougères très toxiques dans son estomac. Celui-ci en aurait donc consommé directement ou sous forme de résidu, ces dernières servant parfois à emballer la nourriture. Il aurait également pu réaliser des infusions de cette plante pour soigner ses maux de ventre causés par des vers parasites attrapés en mangeant de la viande crue. L’individu a ensuite été tué par une flèche dans le dos après son repas. Une triste fin de vie.

 

 

Publié le mardi 17 juillet 2018 à 10:01, modifications mardi 17 juillet 2018 à 9:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !