Découverte

Notre ancêtre du temps des dinosaures ressemblait à un petit rat

Ce lointain ancêtre est le premier mammifère placentaire a avoir foulé la Terre, il y a près de 65 millions d’années. Une découverte abyssale.

Quel est le premier ancêtre commun à tous les mammifères ? C’est en effet difficile à croire, mais les baleines, les girafes, les éléphants et les êtres humains descendent tous d’une même espèce, qui a vécu à peu près 200 000 ans après l’extinction des dinosaures, il y a 65 millions d’années. 

Et c’est d’autant plus surprenant que ce premier ancêtre commun ressemblait à s’y méprendre… à un petit rat somme toute assez mignon. Une vraie leçon d’humilité dont devrions nous souvenir bien plus souvent.

Un défi scientifique

A première vue, on pourrait le prendre pour un rat. Ce petit animal de 200 grammes, qui devait mesurer un peu plus d’une dizaine de centimètres, est le premier mammifère placentaire a avoir foulé la Terre. Il est en effet le premier représentant de cette grande famille qui accueille aujourd’hui près de 5 100 espèces. Celle-ci comporte aujourd’hui 3 branches : les placentaires d’une part, les marsupiaux et les monotrèmes de l’autre, qui ne sont présents qu’en Océanie.

Pour faire cette découverte passionnante, des scientifiques se sont penchés sur les caractéristiques génétiques et morphologiques de 86 espèces de mammifères, dont la moitié sont éteintes depuis bien déjà longtemps. Leur but était ainsi de définir un nombre très important de grands traits comme la présence d’ailes, la taille du museau, ou les dimensions du squelette, et de les combiner avec des informations génétiques dans une grande base de données.

En se prêtant à cet exercice long et fastidieux, les scientifiques en charge de cette étude ont pu deviner les chaînons manquants du grand arbre généalogique des mammifères. En effet, d’après Maureen O’Leary, l’un des directeurs de cette expérience, ce procédé est très proche de l’étude d’une scène de crime, grâce à laquelle on peut identifier le déroulement de l’action. En combinant une série d’indices à travers la grande base de données sur les mammifères, les scientifiques ont pu retracer l’histoire de cette grande famille sur plusieurs millions d’années. Le fruit de ce travail impressionnant a ensuite été publié dans la prestigieuse revue Science.

L’essor des mammifère a eu lieu après l’extinction du Crétacé-tertiaire

Les chercheurs peinent à se mettre d’accord sur la période d’apparition des premiers mammifères. Certains affirment en effet que tous les fossiles découverts remontent toujours à une période postérieure à l’extinction du Crétacé-tertiaire, pendant laquelle 70% des espèces existantes, y compris les dinosaures non-aviaires, ont disparu. Mais des analyses génétiques récentes ont également donné une date beaucoup plus ancienne pour la naissance des premiers mammifères, 36 millions d’années avant l’extinction.

Cette étude récente permet de faire pencher la balance en faveur de la première hypothèse. En effet, d’après Maureen O’Leary, l’analyse de la base de donnée a permis de prouver que le premier mammifère était sûrement un petit insectivore apparu quelques centaines de milliers d’années après l’extinction des dinosaures. Celui-ci a ensuite donné naissance à de nombreuses autres espèces en moins de 200 000 ans, ce qui constitue une véritable explosion de la biodiversité des mammifères placentaire, dont nous sommes les héritiers.

Pour mieux se représenter à quoi il pouvait ressembler, les scientifiques ont demandé à un artiste de dessiner notre lointain aïeul. Il s’agit bien sûr d’une approximation, mais les différents éléments comme la forme du museau, la queue et la fourrure donnent une indication tout de même assez précise de ce à quoi il pouvait ressembler.

Une mystérieuse migration de l’Amérique à l’Afrique

D’après cette étude, on apprend également qu’une espèce actuelle de mammifères africains, nommée Afrotheria, qui regroupe des animaux comme les éléphants ou encore les taupes, ont un ancêtre commun qui aurait vécu en Amérique du sud il y a plusieurs millions d’années.

Or, à cette époque, les deux continents étaient déjà séparés par des milliers de kilomètres d’océan. Il faudra donc essayer de déterminer comment cet ancêtre a pu se déplacer de cette manière à travers l’Atlantique sud. Cet ancêtre aurait-il pu être un animal adapté à la vie marine, qui aurait ainsi effectué ces distances à la nage ? De nouvelles études nous permettront peut-être de le prouver un jour.

Publié le dimanche 24 juin 2018 à 12:02, modifications dimanche 24 juin 2018 à 9:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !