Découverte

Des crocodiles oranges ont été découverts au Gabon

Ces spécimens uniques en leur genre intriguent beaucoup les scientifiques qui les ont découverts.

Des chercheurs ont découvert plusieurs spécimens de crocodiles oranges dans une mystérieuse grotte au Gabon. Ces derniers tentent encore de déterminer s’il s’agit d’une toute nouvelle espèce, ou si leur coloration est due à des facteurs environnementaux, comme l’obscurité ou le contact avec le guano des chauves-souris.

Une découverte exceptionnelle

Cela peut paraître absurde, mais les crocodiles oranges existent bel et bien. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs été découverts au Gabon, grâce aux recherches de plusieurs scientifiques relatent nos confrères de sciencesetavenir.fr. Ces spécimens vivent dans des cavernes, dans un environnement recouvert de guano, les excréments des chauves-souris. 

Le géoarchéologue Richard Oslisly se souvient d’ailleurs avec précision de sa première rencontre avec ces spécimens extraordinaires. C’est en pénétrant dans cette grotte qu’il a aperçu les yeux rouges de ces crocodiles, en 2008. Mais ce n’est que deux ans plus tard que l’un de ces animaux a pu être temporairement extrait de son habitat afin d’être étudié.

Cette découverte a été faite alors que Richard Oslisly et son équipe étaient sur les traces de restes humains ancestraux dans plusieurs grottes de la région d’Abanda, au sud du Gabon. C’est ainsi qu’ils sont tombés sur ces spécimens vivant presque exclusivement dans des cavernes, dont la taille peut atteindre 1m70 de la tête au bout de la queue, et qui se nourrissent surtout de chauves-souris. Mais aucun de ces spécimens orange n’a été trouvé en dehors de ces grottes gabonaises.

Une coloration mystérieuse

La premier hypothèse formulée par les scientifiques est que cette coloration étrange provient de leur alimentation. En effet, ces crocodiles se nourrissent de chauves-souris oranges. Mais d’autres théories ont également été élaborées, comme celle d’une dépigmentation liée à l’absence de lumière dans ces cavités, ou encore une interaction nocive avec le guano des chauves-souris. Ainsi, d’après le spéléologue Olivier Testa, c’est en marinant dans les excréments et l’urine de chauve-souris que ces crocodiles auraient pu devenir orange.

À travers une série d’expéditions menées depuis 2010, Richard Oslisly, Olivier Testa et le scientifique américain Matthew Shirley ont tenté d’en savoir plus sur ces crocodiles. Ils ont ainsi découvert d’autres grottes dans lesquels 4 spécimens orange en tout ont été découverts. Mais cela n’est pas assez pour constituer une véritable espèce. En effet, les chercheurs ont également découvert d’autres crocodiles très semblables vivants dans des grottes, mais dont la coloration est normale. Les spécimens orange ont été découverts uniquement dans des grottes accessibles grâce a des puits verticaux, et donc d’autant plus éloignés de la lumière du jour.

Toutefois, si ces crocodiles cavernicoles ne constituent pas une espèce à part entière, ils présentent des différences génétiques notables avec leur cousin vivant à la surface, nommé Osteolaemus tetraspis. Ainsi, les chercheurs ont découvert des gènes nouveaux, issus de mutations héréditaires, ce qui signifie que ces crocodiles pourraient être en train de former une nouvelle espèce, qui émergera dans de nombreuses années.

Des spécimens installés depuis 3 000 ans

D’après les chercheurs, une dizaine de crocodiles se seraient installés dans des cavernes il y a 3 000 ans, alors que le niveau de la mer avait baissé dans cette région fertile. Mais ces derniers ont ensuite pu se retrouver coincés dans ces grottes par une remontée inattendue des eaux. Ils ont ensuite survécu dans l’obscurité à travers un réseau de cavités, en se nourrissant presque exclusivement de chauves-souris, de criquets et de grillons.

Certains spécimens se seraient ensuite habitués à ce mode de vie, au point de refuser de sortir de l’obscurité quand la possibilité leur en a ensuite été offerte. Ils ont ensuite développé des particularités morphologiques liées à leur isolation génétique et environnementale, comme une taille plus importante, et parfois cette étrange coloration orange.

Les crocodiles sont une espèce protégée au Gabon. D’ailleurs, les scientifiques souhaiteraient que le réseau de grottes d’Abanda soit reconnu comme une zone protégée, car la diversité de leur faune n’a pas encore été étudiée, et pourrait être encore bien plus riche que nous le pensions.

Publié le mardi 3 juillet 2018 à 9:04, modifications mardi 3 juillet 2018 à 8:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !