Découverte

Découvrez les “stavkirke”, trésors de la Norvège de bientôt mille ans

Ces églises Norvégiennes en bois résistent pour certaines depuis bientôt mille ans, malgré les guerres, destructions, migrations et nombreux intempéries.

En Europe du Nord, les églises sortent des sentiers battus  et se classent parmi les nombreuses merveilles référencées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Loin des constructions typiques, les Stavkirke sont le fruit de la maîtrise Norvégienne des techniques du bois et de l’architecture Chrétienne.

Les Stavkirke, un patrimoine de bientôt mille ans

Ces églises, que l’on peut littéralement comprendre comme “églises en bois debout” semblent avoir été construites entre 1150 et 1350 de notre ère. On en retrouve majoritairement en Norvège, ainsi que dans certains pays du Nord tels que la Hollande, le Danemark, et même jusqu’à Stockholm. Grâce aux fouilles archéologiques, il est aujourd’hui possible de compter environ 1300 églises médiévales de ce type. Malgré tout, beaucoup d’entres elles ont été détruites vers l’an 1700, et le temps passant, seules 28 sont encore en parfait état à ce jour.

Le bois debout, une technique propre aux pays du Nord

Bien que certaines de ces églises ressemblent dans l’ensemble à nos églises traditionnelles, composées de 3 entrées, ou plus, d’une nef, d’une voûte etc, la réalisation n’a pas eu lieu selon les mêmes procédés. La raison est simple, la pierre n’est pas l’élément le plus maîtrisé ni le plus adéquat au climat norvégien. En revanche, le bois offre toutes les possibilités de résistances aux orages et fortes pluies, tout en permettant de réaliser de nombreux ouvrages, ou des ouvrages complexes, dans les meilleurs temps.

Les églises en bois sont donc le fruit d’une christianisation de la Norvège autour du XIIè siècle, associée aux techniques vikings dont la maîtrise du bois n’est plus à faire, comme le montre entre autre les Drakkars.

Un art complexe

Outre la complexité technique à laquelle nous confronte cette maîtrise du “bois debout”, les Stavkirke offrent également une combinaison de nombreuses influences dans les représentations ornant leurs extérieurs.

Entre thèmes chrétiens et légendes vikings, les motifs sont à comprendre sous un regard multiple, comprenant les impacts culturels de la christianisation. Ainsi, certains motifs de croix peuvent être trouvés, et entendus non pas sous le signe de la chrétienté, mais plutôt via leur pouvoir protecteur et répulsif des mauvais esprits.

D’autres parts, le dragon est également souvent présent, comme à la tête des Drakkars, en signe de puissance et de protection. L’art chrétien est donc très influencé par les thématiques vikings, amenant notamment l’histoire de “Daniel dans la fosse aux Lions”, à être remplacée par “Gunnar dans la fosse aux serpents”.

Une chose est sûre, la complexité visuelle et technique de ces chefs-d’œuvres pluri-séculaires vaut le détour! Pensez-y pour votre prochain voyage en Norvège, vous ne serez pas déçus!

Publié le dimanche 4 février 2018 à 0:29, modifications dimanche 4 février 2018 à 0:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire