Les coulées de boue vont se reproduire : Voici pourquoi

Par Nassim Terki Publié le 25/05/2024 à 10:35
Coulées De Boue

Dans le tumulte des orages et des précipitations intenses, les coulées de boue se déchaînent en tant que force brutale de la nature.

L'impact dévastateur des orages qui ont frappé la Somme révèle les fragilités de nos terres, entre coulées de boue spectaculaires et évacuations d'urgence, la gestion des terrains s'avère urgente pour prévenir de tels phénomènes.

Orages meurtriers dans la Somme, coulées de boue et évacuations d'urgence

Des orages violents ont frappé le département de la Somme ce mardi 21 mai, causant d'importantes coulées de boue atteignant plus d'un mètre de haut dans les communes de Morlancourt et Sailly-Laurette, rapporte Le Courrier Picard. Selon le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), seize véhicules ont été emportés par les eaux et 24 personnes ont dû être évacuées à Sailly-Laurette. Cette scène spectaculaire évoque un événement similaire survenu récemment dans les Hauts-de-France : le 2 mai dernier, une femme de 57 ans a perdu la vie dans une coulée de boue à Courmelles (Aisne) après que sa maison ait été détruite par les flots.

Lors de ces deux épisodes météorologiques extrêmes, les coulées de boue ont principalement été générées par les champs environnants, explique Edouard Diruy, chargé de communication du SDIS de la Somme.

Quand la terre se met en mouvement

La formation d'une coulée de boue est le résultat de plusieurs facteurs qui se conjuguent de manière spectaculaire, explique Francis Meilliez, directeur de la société géologique du Nord. Selon lui, « ces événements se produisent lors d'orages très violents avec un débit de précipitations important sur une surface restreinte ». Pour que la coulée de boue se forme, « il est essentiel que le sol soit peu perméable et que rien ne puisse ralentir l'eau qui se déplace rapidement, emportant avec elle la terre meuble ».

Bien que la France ne soit pas particulièrement exposée à ce type de phénomène, certaines pratiques agricoles peuvent augmenter les risques de ruissellements et de coulées de boue, menaçant les zones en aval. C'est ce que souligne un document du Centre européen de prévention des risques d'inondation (CEPRI). À Courmelles, par exemple, une maison a été gravement endommagée en raison de sa situation en bas d'une pente cultivée. Selon Francis Meilliez, l'agriculteur a lui-même aménagé des rigoles le long de la pente, favorisant ainsi le ruissellement.

Les écoulements de boue, une menace croissante à combattre par la préservation de nos sols

De plus en plus fréquent avec le réchauffement climatique, « les écoulements de boue sont une menace grandissante » selon Robert Vautard, co-président du groupe 1 du GIEC. Les pluies intenses, conséquence directe de l'augmentation de la température, entraînent une saturation des sols en humidité, réduisant leur capacité à absorber l'eau. Résultat : des coulées de boue destructrices et de plus en plus fréquentes.

Pour lutter contre ce phénomène, Francis Meilliez met en garde contre la disparition des haies, essentielles pour stabiliser les sols sur les terrains pentus. En effet, ces barrières naturelles favorisent l'infiltration de l'eau et limitent le ruissellement. De même, les forêts jouent un rôle crucial dans la retenue des sols en cas de pluies diluviennes.

Afin de prévenir les risques, le CEPRI recommande « l'utilisation de techniques de drainage telles que des fossés, des fosses d'arbres et des bandes enherbées ». Ces mesures permettent de canaliser la puissance de l'eau et de limiter les dégâts causés par les pluies torrentielles.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.