Le nouveau record des compagnies aériennes n'est pas une bonne nouvelle, voici pourquoi

Par Nassim Terki Publié le 06/06/2024 à 09:30
Compagnies Aériennes Et Écologie

Alors que l'aviation connaît des horizons radieux, une ombre menaçante plane sur la durabilité de cet essor.

Au cours des prochains mois, les experts et analystes du secteur aérien s'accordent à dire que les perspectives de croissance sont prometteuses. En effet, les tendances actuelles laissent entrevoir un avenir radieux pour l'industrie du transport aérien, avec de nouveaux défis à relever et des opportunités à saisir.

Le transport aérien s'envole vers des sommets historiques en 2024

L'industrie du transport aérien s'apprête à vivre une année historique en 2024, avec des prévisions à la hausse jamais vues auparavant. Après une période de turbulences dues à la pandémie de Covid-19 en 2020, les chiffres impressionnants prévus pour cette année laissent entrevoir un redressement spectaculaire. Les défis surmontés, les compagnies aériennes s'apprêtent à accueillir environ 5 milliards de passagers et à atteindre un chiffre d'affaires record de 1'000 milliards de dollars.

Réunis à Dubaï pendant trois jours, l'association internationale du transport aérien (IATA), regroupant 320 compagnies aériennes et représentant pas moins de 83 % du trafic aérien mondial, a dévoilé des prévisions audacieuses pour l'année 2024. Avec une affluence record attendue de 4,96 milliards de passagers, dépassant ainsi le précédent pic de 4,54 milliards établi en 2019.

Cette croissance exceptionnelle se traduit également dans les résultats économiques projetés. En 2024, les compagnies aériennes devraient générer des revenus records de 996 milliards de dollars, avec des bénéfices estimés à 30,5 milliards de dollars. Une nette progression par rapport aux 27,4 milliards de dollars de bénéfices engrangés en 2023, dépassant largement les projections de décembre dernier qui tablaient sur 23,3 milliards de dollars.

Malgré ces profits astronomiques, le secteur demeure ultra compétitif, avec un bénéfice moyen de seulement 6 euros par billet vendu. Les compagnies aériennes sont confrontées à la nécessité de vendre massivement pour maintenir leur rentabilité, dans un équilibre délicat entre la satisfaction des clients et la viabilité économique.

Le défi de la décarbonation, l'aviation entre ambition et réalité

L'essor impressionnant de l'industrie du transport aérien en 2024 soulève des interrogations quant à son impact sur l'environnement. Alors que les compagnies aériennes s'engagent à réduire leurs émissions de CO2 d'ici 2050, les chiffres actuels montrent que les avions sont responsables de 3 % des émissions de gaz à effet de serre et contribuent à près de 6 % du réchauffement climatique.

Malgré les efforts pour réduire la consommation et utiliser des carburants plus propres, l'augmentation constante du nombre de vols maintient une pression sur l'environnement. Avec des objectifs audacieux fixés par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), dont une diminution de 5 % d'ici 2030 et une neutralité carbone d'ici 2050, les compagnies aériennes se tournent vers des solutions comme les carburants d'aviation durables (SAF). Cependant, le directeur général de l'IATA, Willie Walsh, a souligné « la complexité de cette transition ».

La forte croissance du secteur en Asie et au Moyen-Orient se traduit par une demande croissante d'avions, avec les compagnies chinoises, indiennes et moyen-orientales en tête. Les compagnies du Golfe telles que Qatar Airways et Emirates renforcent leur présence sur le marché, tandis que l'Arabie saoudite entre dans la course avec l'ouverture d'une nouvelle compagnie aérienne l'année prochaine. Dubai se distingue une fois de plus avec l'annonce de la construction du plus grand aéroport du monde, qui pourra accueillir jusqu'à 260 millions de passagers par an.

Dans ce contexte de croissance effrénée, le défi environnemental reste une préoccupation angoissante pour l'industrie du transport aérien. En dépit des progrès technologiques et des initiatives durables, la question des émissions de CO2 demeure un enjeu vital pour l'avenir de ce secteur en constante évolution.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.