La Chine influe-t-elle sur le climat du Pacifique ? Une étude révèle la vérité sur les bulles chaudes

Par Nassim Terki Publié le 21/05/2024 à 14:47
Bulles Chaudes Dans Le Pacifique

Les mystérieuses « bulles » chaudes du Pacifique nord-est révèlent une sombre vérité sur l'impact des activités humaines sur l'environnement marin.

Une étude récente révèle l'origine surprenante concernant les mystérieuses « bulles » chaudes de l'océan Pacifique Nord-Est, apportant une lumière inédite sur les conséquences dramatiques de notre impact sur l'écosystème marin.

Les "blobs" chauds du Pacifique Nord ou quand la Chine influence le climat marin

Une récente étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) a enfin permis de lever le voile sur l'origine des phénomènes de chaleur anormale dans l'océan Pacifique Nord, connus sous le nom de "blobs". Une équipe internationale de chercheurs a révélé que ces "bulles" chaudes étaient directement liées à une diminution des émissions d'aérosols en Chine.

Les particules d'aérosols émises par les industries chinoises jouent un rôle clé dans le maintien de la température de l'atmosphère en réfléchissant la lumière du soleil. Cependant, une réduction de ces émissions entraîne une exposition accrue de l'océan à la chaleur solaire, contribuant ainsi au réchauffement climatique et à la formation de ces zones de chaleur extrême dans le Pacifique Nord-Est.

Les conséquences de ces "blobs" chauds ne se limitent pas aux seules températures de surface de la mer. Ils ont également un impact dévastateur sur les écosystèmes marins, provoquant la mort de poissons, d'oiseaux de mer et favorisant la prolifération d'algues toxiques.

Entre 2006 et 2017, les émissions de dioxyde de soufre (SO2) en Chine ont diminué d'environ 70 %, grâce aux mesures strictes adoptées pour améliorer la qualité de l'air. Toutefois, cette réduction des émissions d'aérosols a été identifiée comme le principal facteur responsable de la formation des "bulles" chaudes dans le Pacifique Nord-Est.

Comment la pollution en Chine favorise les phénomènes climatiques extrêmes dans le Pacifique Nord ?

Une étude révèle que les émissions d'aérosols en Chine sont directement liées à ces phénomènes climatiques anormaux, connus sous le nom de "blobs". Selon les chercheurs, la diminution des émissions de dioxyde de soufre en Chine entre 2006 et 2017 (-70 %) a contribué à l'augmentation de la chaleur solaire exposant l'océan à des températures extrêmes.

Ces "bulles" chaudes ont également un impact dévastateur sur les écosystèmes marins, causant des dommages graves. Les événements de "blob" chauds sont devenus plus fréquents et intenses entre 2010 et 2020 en raison du réchauffement des eaux du Pacifique Nord-Est induit par les aérosols, la variabilité climatique interne et le réchauffement dû aux gaz à effet de serre.

« Nos résultats fournissent des informations importantes sur les mécanismes du changement océan-atmosphère dans le Pacifique Nord, soulignant la nécessité de prendre en compte les risques exacerbés posés par une réduction des émissions d'aérosols anthropogéniques lors de l'évaluation des impacts du changement climatique », ont révélé les chercheurs.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.