Boeing fera voler Starliner avec une fuite : négligence ou parfaitement calculé ?

Par Nassim Terki Publié le 02/06/2024 à 10:13
Starliner De Boeing

Le vaisseau Starliner de Boeing s'apprête à défier les limites de l'espace lors de son premier vol avec équipage. Une mission test cruciale pour l'avenir de l'exploration spatiale.

Après plusieurs reports et quelques péripéties techniques, le vaisseau Starliner de Boeing est prêt pour son premier vol spatial avec équipage. Malgré une fuite d'hélium détectée, la Nasa et l'entreprise américaine donnent le feu vert pour le décollage vers la station spatiale internationale.

Starliner de Boeing, défier l'univers malgré les épreuves techniques

Le premier vol spatial habité du vaisseau Starliner de Boeing, qui a été reporté à plusieurs reprises, semble finalement sur la bonne voie. Prévu pour décoller de Floride samedi à 18h25 (heure française), malgré une fuite d'hélium détectée, le vol est finalement annulé et possiblement reporte à aujourd'hui, les efforts conjoints de l'entreprise américaine et de la NASA pour surmonter les obstacles ont porté leurs fruits.

Initialement prévu le 6 mai, le lancement vers la Station spatiale internationale (ISS) des astronautes Butch Wilmore et Suni Williams avait été ajourné en raison d'un problème de valve sur la fusée Atlas V, désormais résolu. Une nouvelle complication est survenue avec la découverte d'une « petite fuite d'hélium » à bord du vaisseau, utilisé pour le système de propulsion. Malgré cet imprévu, après des analyses approfondies et des efforts de réparation entrepris par Boeing et la NASA, il a été décidé de maintenir le vol spatial sans réparer la fuite.

Lors d'un briefing de presse vendredi, les responsables ont souligné que la fuite d'hélium détectée sur le vaisseau Starliner de Boeing, probablement causée par un « joint défectueux », n'a pas de conséquences graves en termes de sécurité. Steve Stich, haut responsable de la NASA, a assuré que l'agence spatiale américaine était capable de gérer cette situation, même en cas d'aggravation de la fuite ou de défaillance du joint.

La décision de procéder au vol spatial malgré cette fuite s'explique par le fait qu'elle affecte uniquement l'un des 28 propulseurs contrôlant le vaisseau. Steve Stich a rassuré en affirmant que la NASA pourrait gérer jusqu'à quatre fuites supplémentaires, soulignant que des vols précédents avaient été réalisés avec succès malgré des problèmes similaires.

Le défi spatial de Boeing, surmonter les fuites et voler vers de nouvelles frontières

Au sein de Boeing, Mark Nappi a souligné la complexité du processus de réparation nécessaire pour résoudre la fuite d'hélium sur le vaisseau Starliner. Cette opération aurait impliqué le démontage du vaisseau, ce qui a finalement conduit au report du vol de près d'un mois. La NASA a justifié ce délai en affirmant avoir besoin de prendre le temps nécessaire pour analyser la fuite, la comprendre et en évaluer les implications.

Steve Stich de la NASA a rappelé que les reports et les défis techniques font partie intégrante de l'exploration spatiale, soulignant que « chaque véhicule spatial, qu'il s'agisse des navettes spatiales, du véhicule Orion ou du Starliner, présente ses propres défis à surmonter ». Il a souligné « l'importance d'apprendre de chaque mission pour progresser dans l'espace ».

Les équipes de la NASA resteront attentives à la fuite jusqu'aux heures précédant le décollage, alors que Boeing se trouve dans une position délicate avec cette mission de test cruciale. En effet, cette mission doit permettre au géant de l'aérospatiale de démontrer la fiabilité et la sécurité de son vaisseau avant de pouvoir entamer les missions régulières vers la Station spatiale internationale, avec un retard de quatre ans par rapport à SpaceX.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.