Actualité

Des victimes des attentats du 13 novembre se retournent contre l’Etat

Plusieurs victimes des attaques perpétrées à Paris le 13 novembre 2015 ont décidé de porter plainte contre l’Etat, jugeant ce dernier responsable de « défaillances ».

D’abord dévoilée par BFM TV, l’information selon laquelle plusieurs victimes des attentats du 13 novembre 2015 auraient décidé de porter plainte contre l’Etat a été confirmée à l’AFP par Samia Maktouf, l’avocate des parties civiles.

Affirmant son désir de vouloir « rentrer dans la brêche ouverte » par le tribunal administratif de Nîmes, ce dernier ayant jugé, mardi, l’Etat partiellement responsable de la mort d’un soldat assassiné par Mohammed Merah à Montauban, en 2012, l’avocate souhaite désormais que la responsabilité de l’Etat soit engagée dans les attentats de novembre 2015 en raison de « défaillances » au sein de certains services spécifiques de l’administration, à commencer par les services judiciaires. Au total, ce ne sont pas moins de 17 victimes qui ont décidé de se retourner contre l’Etat.

Bien qu’elle n’ait pas encore été déposée, cette requête vise notamment à faire la lumière sur certains « dysfonctionnements révélés par le rapport de la commission d’enquête parlementaire » sur les attentats survenus à Paris le 13 novembre dernier, avec en ligne de mire le suivi des personnes visées dans des enquêtes antiterroristes, à l’instar de Samy Amimour, tireur du Bataclan, qui avait pu violer son contrôle judiciaire afin de se rendre en Syrie, en 2013.

Interdit de sortie de territoire et privé de son passeport, le djihadiste avait tout de même réussi à obtenir un nouveau passeport de la préfecture en prétextant le plus simplement du monde avoir perdu ses papiers d’identité.

Une « défaillance » sur laquelle l’avocate des victimes compte bien fonder sa plaidoirie.

Publié le mercredi 13 juillet 2016 à 13:46, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !